« Déplacer facilement un broyeur, c’est primordial. Sur nos chantiers, nous faisons régulièrement des tas de branches. Etant déplacée au plus près d’eux, la machine broie tout d’un coup (10 minutes suffisent pour broyer un petit arbre), ce qui évite aussi des heures d’utilisation inutiles où le moteur tourne à vide, le temps que le paysagiste apporte des résidus à broyer depuis plusieurs dizaines de mètres parfois. Fonctionnant moins de temps mais plus efficacement, le matériel est ainsi préservé. Il dure plus longtemps », explique Xavier Winterhalter de Jardins et Dépendances (17).

En matière de broyeurs et de déchiqueteuses de végétaux, l’offre du marché est conséquente : attelages multiples, rotor mixte ou éléments de coupe individuels (couteaux, fléaux…), tapis ou rouleaux d’amenage, différence de tonnage, de puissance, de qualité de broyat obtenu… Lequel choisir pour répondre à mes besoins quotidiens ? Sur quels critères techniques se baser ?

 

Retrouvez, dans le prochain numéro du magazine, des éléments de réponse auprès des constructeurs et des paysagistes.

LA PHRASE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *