« Peu de chefs d’entreprise ont vraiment conscience de la nécessité de suivre l’exploitation et la trésorerie de leur société, et nombreux sont ceux qui considèrent le bilan comme une simple obligation fiscal»

Maitres Rouvroy et Declercq, administrateurs judiciaires à Lille

Altares vient de publier une étude sur les défaillances d’entreprise en 2012. Comme les années précédentes, l’essentiel des entreprises défaillantes en 2012 sont des micro-entreprises sans effectif ou des TPE de moins de 10 salariés. Elles représentent 92 % des entreprises en procédure (55 000). Cela pourraient être évitées notamment par plus de surveillance. « Peu de chefs d’entreprise ont vraiment conscience de la nécessité de suivre l’exploitation et la trésorerie de leur société, et nombreux sont ceux qui considèrent le bilan comme une simple obligation fiscale », constataient Maitres Rouvroy et Declercq, administrateurs judiciaires à Lille en 2012. L’autre grande cause de défaillance est due aux retards de paiement. En effet, « un quart des défaillances d’entreprises est lié à des retards de paiement. Ainsi donc, chaque année des milliers d’entreprises mettent la clé sous la porte, faute d’avoir été vigilantes sur les comportements de paiement de leurs clients.

Pour retrouver le chemin de la croissance et à terme de l’emploi, les entreprises doivent se résoudre à respecter quelques consignes essentielles en tête desquelles se faire payer dans les délais par leurs clients. La gestion du poste clients et du cash donne à la gouvernance de l’entreprise l’agilité indispensable pour créer les conditions du succès. Pouvoir prendre les bonnes décisions au bon moment ! », affirme Thierry Million, responsable des études Altares.

La phrase… des Maîtres Rouvroy et Declercq

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

I accept that my given data and my IP address is sent to a server in the USA only for the purpose of spam prevention through the Akismet program.More information on Akismet and GDPR.