Quels végétaux utilisez-vous pour remplacer les buis (attaqués par la pyrale du buis) ?

Vous êtes 31 % à privilégier l’Ilex crenata en alternative au buis !

Depuis quelques années, les buis sont attaqués par la pyrale du buis. Pour lutter contre ce ravageur, plusieurs solutions existent :
pièges à phéromones, produits de traitement, voire remplacement des buis par des espèces aux caractéristiques semblables.

 

 

Ilex crenata  31 %
Euonymus japonicus 15 %
Taxus  15 %
Osmanthus x burkwoodii  15 %
Lonicera nitida 8 %
Myrtus tarentina  8 %
Olea oleaster 8 %

 

 

Les iris apportent une touche de couleur au jardin!

Quel plaisir de voir les iris fleurir les jardins, apportant de la couleur au moment du printemps !
Peu exigeants sur la nature du sol et les besoins d’apport en eau, très rustiques, la diversité des variétés qui existent permet de végétaliser durablement le jardin de vos clients qui se délecteront de ces belles floraisons.

Qu’ils soient bulbeux (dits « hollandais ») ou rhizomateux (dits « barbus »), les iris, une fois plantés et installés, peuvent vivre de nombreuses années. Ils répondent donc parfaitement aux principes des jardins ‘nature’ économes en eau, en engrais et en entretien. De plus, nombre de vos clients ont sûrement le souvenir de jardins fleuris d’iris au printemps durant leur enfance. La diversité des couleurs, des types et des tailles est aussi incroyables : iris nains, moyens, grands, botaniques, hybrides, remontants… Voici ce qu’il faut savoir sur ce végétal aux nombreuses qualités.

De multiples atouts
Les iris s’adaptent quasiment à toutes les conditions : sols ordinaires, secs, calcaires… Ils sont seulement sensibles aux sols lourds et argileux qui peuvent entraîner la pourriture des rhizomes. Une situation ensoleillée et dégagée, voire à la mi-ombre, est aussi à privilégier, au risque de voir les iris ne fleurir que très modérément. Les iris rhizomateux sont extrêmement rustiques en résistant à des températures allant jusqu’à -20°C, voire -30°C. Une fois plantés, ils nécessitent un désherbage par an, les rhizomes pouvant être recouverts d’une faible épaisseur de paillage. L’essentiel est que les rhizomes ne soient pas enterrés sous 10 cm de terre et qu’ils affleurent à la surface du sol, pour ne pas risquer des pourritures ou un fleurissement moins important. Les iris hybrides demandent à être divisés tous les 5 ans pour conserver une bonne floribondité. Ensuite, la diversité des cultivars permet de planter des espaces naturels, plus ‘modernes’ ou horticoles, et de fleurir quasiment tout le printemps !

Varier les hauteurs et les cultivars pour fleurir longtemps
Il est vrai que l’on reste souvent sur sa faim avec la floraison éphémère des iris, celle-ci ne durant souvent pas plus de 3 semaines. Mais les différentes catégories d’iris et, notamment leur taille (nain, intermédiaire ou grand), sont plus ou moins précoces ou tardives. Frédéric Prévot, gérant de la pépinière ‘GAEC Senteurs du Quercy’, basée dans le Lot, préconise « de mélanger les cultivars appartenant à ces différentes catégories pour fleurir tout le printemps. Les iris nains (H : 25 cm) ouvrent le bal en fleurissant de début avril à mi-avril, tandis que les grands iris (H : 80 cm) clôturent le printemps avec une floraison à partir de début mai. Mais il existe également des iris à floraison estivale comme Iris ensata et Iris sibirica, ces deux espèces aimant les sols humides et convenant alors très bien en bord de bassin (ils s’accommodent également de terrains plus secs. Autre catégorie d’iris : les iris remontants qui peuvent fleurir plusieurs fois jusqu’à l’automne. Ce caractère s’efface cependant en absence prolongée d’hygrométrie, comme en climat méditerranéen, où il ne pleut parfois pas pendant plus de 6 mois. L’Iris ‘Summer Holidays’ (violet), Iris ‘White Reprise’ (blanc parfumé, H : 70 à 100 cm) et Iris ‘Low Ho Silver’ (blanc très parfumé, H : 40 cm) fleurissent ainsi au printemps, puis à l’automne ». Tijmen de Verver Export ajoute : « Iris reticulata, qui fleurit dès février, et Iris danfordiae sont de jolis petits iris botaniques (H : 15cm) qui conviennent bien à la plantation de rocaille. Iris bucharica et I. aucheri (H : 20 cm) sont très décoratifs, vigoureux et odorants ». D’autres espèces et variétés sont intéressantes :

• Iris unguicularis, iris d’Alger : il fleurit d’octobre à février et présente un beau feuillage décoratif persistant et filiforme, se mariant très bien avec les graminées. Autre avantage : il n’y a pas besoin de le diviser ;
• Iris foetidissima, iris fétide : avec des feuilles vert soutenu et persistantes, il fleurit au printemps et produit ensuite une jolie fructification orange qui anime l’automne et l’hiver.

 

Conseils de plantation et d’entretien
Les iris sont souvent proposés par les fournisseurs en racines nues, pour les iris rhizomateux, ou en godets pour les iris botaniques, ce qui garantit par la suite une meilleure reprise. Voici quelques conseils pour planter et entretenir vos massifs d’iris :

• avant la plantation, si la terre est trop lourde, incorporer du gravier ou du sable grossier et désherber ;
• planter les rhizomes de façon en surface : une plantation trop profonde compromet la floraison ;
• arroser légèrement après plantation pour favoriser l’enracinement ; il est possible de planter les iris toute l’année, mais la meilleure période est en juillet-août : c’est le moment où les producteurs arrachent les bulbes, les conditions sèches et chaudes évitent les pourritures et permettent une meilleure cicatrisation des rhizomes. C’est également la période où les rhizomes se développent, ceux-ci s’ancrant dans la terre et permettant alors une meilleure résistante au vent pour l’année à venir ;
• après la floraison, couper les hampes florales fanées pour éviter la production de gousses de graines qui consomme l’énergie pour le développement de nouveaux rhizomes. En ce qui concerne le feuillage, « rien n’est obligatoire » rappelle Frédéric Prévot, qui ajoute : « il a été observé qu’une taille forte des jeunes plants d’iris stimule le développement des rhizomes. Par contre, sur des pieds bien installés, l’effet est inverse : la taille fragilise la plante qui se sert normalement de ses feuilles pour effectuer la photosynthèse nécessaire au développement des rhizomes » ;
• au bout de quelques années, les touffes trop denses deviennent moins florifères. Tous les 3 à 5 ans, il convient alors de les diviser. Arracher la souche durant l’été ou l’automne, couper le feuillage à 10-15 cm et séparer les rhizomes en ne conservant que les plus beaux morceaux. Replanter aussitôt au même endroit ou ailleurs dans un endroit ensoleillé, préalablement préparé.

A noter que, souvent, la floraison intervient l’année suivant la plantation.

Associer les iris aux vivaces, rosiers et graminées
Vous l’aurez donc compris, les iris sont des plantes parfaites pour fleurir vos espaces. Il s’agit de les associer avec des plantes nécessitant les mêmes besoins, et notamment avec des vivaces au feuillage persistant, qui assurent une présence végétale au moment où les iris présentent moins d’intérêt. Ils se marient également très bien avec des rosiers ou des graminées.

Le chiffre 12

Comme le diamètre moyen en centimètres des fleurs de passiflore !

La passiflore est une plante grimpante, originaire d’Amérique. Reconnue pour sa floraison abondante, elle se pare d’une multitude de fleurs aux coloris bleus, blancs ou violets, dès le mois de mai. A l’automne, de petits fruits, (parfois comestibles selon les espèces) se succèdent aux fleurs à l’architecture soignée. Délicate et élégante, cette liane s’accroche aussi bien aux murs, qu’aux câbles et treillages grâce à ses multiples vrilles.

Kobe, un carrelage inspiré de l’ardoise japonaise

Kobe de Novoceram est une collection de carrelage en grès cérame. Elle présente tous les avantages du grès cérame alliés à l’esthétique de la pierre naturelle. Deux formats 45 × 45 cm et 30 × 60 cm, sont spécialement conçus pour la pose à l’extérieur.
La collection Kobe est également déclinée en version Outdoor Plus, au format 60 × 60 cm rectifié avec une épaisseur de 2 cm pour une pose extérieure traditionnelle, sur gravier, sur plots ou en pas japonais. Ce carrelage est disponible en 4 coloris : un ivoire chaud et lumineux, un gris pur moyen, un gris perle élégant et un gris foncé intense.

 

La phrase de Olivier Kuhlmann, directeur général de la filiale BIRCO France SAS

« Il existe deux tendances fortes sur le marché des caniveaux, d’un côté des produits design, symbole d’identité visuelle des collectivités et d’autre part des caniveaux invisibles, sous les pavés avec une fente discrète et solide« , explique Olivier Kuhlmann, directeur général de la filiale BIRCO France SAS.

L’entreprise allemande BIRCO, basée à Baden-Baden, vient de fêter ses 90 ans d’existence l’année dernière. Spécialisée dans la fabrication de systèmes de drainage depuis 1950, l’entreprise familiale est dirigée depuis 1995 par Franck Wagner, le petit-fils du fondateur Fritz Birnbräuer.

Le Pittosporum tobira est l’une des plantes incontournables de vos aménagements paysagers !

Le Pittosporum tobira est un arbuste vivace au feuillage persistant et vert toute l’année.
Au printemps il se recouvre de petites fleurs blanches parfumées, rassemblées en bouquet.
A la fois résistant au vent, tolérant aux sols calcaires ou acides et à diverses expositions, cet arbuste est de plus en plus utilisé par les professionnels du paysage.

Parmi les réponses du dernier sondage, on retrouve également des végétaux variés : arbres, arbustes persistants, vivaces et graminées qui agrémentent avec élégance les parcs et jardins :
Acer japonicum, Agapanthus africanus, Caesalpinia gilliesli, Dasylirion, Hypericum ‘Hidcote’, Inga pulcherrima, Nandina domestica, Quercus ilex, Phormium ‘Yellow Wave’…

L’UNEP se retire de l’Adivet, l’association française des toitures végétalisées

L’Union Nationale des Entreprises du Paysage confirme son retrait de l’association française des toitures végétalisées, l’Adivet, dont elle était adhérente depuis dix ans.
En cause, notamment, le défaut de représentativité existant au sein de l’association.
Par ce geste, les entreprises du paysage souhaitent alerter la profession sur le risque d’appauvrissement des solutions de végétalisation de toitures proposées aux donneurs d’ordres et sur l’amoindrissement de leurs bénéfices pour l’environnement, la santé et le bien-être des habitants.

Tables d’eau chez So Garden

Esthétiques et chics, les tables d’eau animent les espaces avec un doux clapotis. So Garden enrichit sa gamme de tables d’eau avec de petites dimensions (diamètre 1 m et 60 cm) et de nouvelles couleurs. Carrées ou rondes, bleues, rouges, noirs… en aluminium ou en acier Corten, les petites tables d’eau So Garden ne craignent ni le gel ni les rayons UV. Elles sont constituées d’une feuille de métal sur laquelle repose un lit d’eau de 25 mm, avec au centre d’un trou de 50 mm. Il permet d’alimenter la table en eau selon une pression variable de la pompe ou d’y insérer une LED pour créer des jeux de lumière.

 

La phrase de Olivier Grapeloup, co-gérant de CDP Créateur de Paysage.

© Franck Prost

« Le marché de la piscine remonte en flèche, avec beaucoup de créations, de petites piscines assez ludiques, en carré ou intégrant un espace balnéothérapie. »

Située entre Villefranche-sur-Saône et Lyon, CDP Créateur de Paysage crée des piscines depuis 10 ans.
L’entreprise gérée par Clautel Sautel et Olivier Grapeloup, propose des prestations complètes en création, entretien et élagage des jardins et espaces verts.

Les bordures, l’accessoire indispensable pour séparer les espaces !

A la fois esthétiques et fonctionnelles, les bordures permettent de délimiter les espaces harmonieusement avec des styles et formes variées.
Elles constituent un élément incontournable des aménagements paysagers pour séparer avec précision les allées, des massifs ou des espaces engazonnés.

Entre bordures en PVC, acier galvanisé, aluminium ou encore acier Corten, le choix est varié pour créer des aménagements personnalisés. Les bordures sont destinées à des usages variés : délimitation d’un massif ou d’une allée, mise en place d’un contour d’arbre, ou d’une zone de stationnement. Par leur diversité de matière, longueur et hauteur, elles offrent une solution pertinente pour l’aménagement des espaces paysagers. “Elles se distinguent dans un premier temps par leurs dimensions. On peut trouver des bordures de différentes longueurs (1 m à plus de 2 m) mais aussi des hauteurs différentes en fonction de l’application et du rendu souhaité”, indique Nathalie Busin, manager marketing et communication chez Nidaplast. “Chaque modèle a son style de pose. Elles peuvent être en fixation par pieux, par scellement, ou boulonnées… Ainsi, chaque famille de bordures Poitou Décors a un angle spécifique, et, en tant que fabricant, nous proposons à nos clients, à leur demande, des angles au degré personnalisé. Les raccords entre les voliges sont intégrés dans le concept, et chaque volige a un raccord différent en fonction du modèle”, explique Laurent Clisson, dirigeant de la société
Poitou Décors. Les bordures sont utilisées
à la fois pour des délimitations rectilignes ou sinueuses. A la fois souples et solides, elles sont conçues pour s’ajuster aux besoins et aux contraintes d’aménagement. “De plus, les bordures Nidaplast permettent, de maintenir les cailloux des stabilisateurs de gravier Nidagravel, en périphérie d’une allée par exemple. Nous recommandons pour cela de faire dépasser le haut de la bordure de 1,5 à 2 cm des plaques de Nidagravel”, ajoute Nathalie Busin.

 

Des matériaux souples

Les bordures et voliges se distinguent essentiellement par leur matière, chacune d’entre-elles pouvant être déclinée en plusieurs hauteurs. Au-delà de l’esthétisme, la matière de la bordure lui confère des caractéristiques qui lui sont propres comme la souplesse ou la rigidité…  Poitou Décors dispose de 350 références de bordures et voliges, réparties en 15 familles. Cette large gamme permet de répondre aux problématiques de chacun, chaque type de bordures ayant une application spécifique”, renseigne Laurent Clisson. “Il existe sur le marché à la fois des bordures en aluminium, brut ou thermo-laqué dans différents coloris, des bordures en acier Corten dont l’aspect oxydé (rouille de fer) confère une ambiance authentique et contemporaine, ainsi que des bordures en acier galvanisé, dont la vocation est la réalisation de coffrage pour surfaces lourdes tels que les bétons désactivés, les enrobés…  Il existe également des bordures en PVC, souples et économiques, elles sont idéales pour la séparation de paillage minéraux ou végétaux”, détaille Frédéric Guyomarch, gérant de Apanages Jardin.

Les fournisseurs proposent de larges gammes de bordures pour apporter un panel de solutions. “Nidaplast propose un large choix de bordures :
diffé
rentes longueurs, hauteurs et différents matériaux : PVC, acier galvanisé, aluminium ou encore acier Corten”, indique Nathalie Busin.
Les bordures Eccoborders Alubord d’Ecco Products, sont quant à elles, en aluminium avec un alliage de qualité supérieure (référence 6063). Elles conviennent pour les surfaces meubles et dures, qu’il s’agisse d’asphalte, de gravier, de briques, de pierres ou de carrelages”, ajoute Henk Strybos pour Ecco Products. “En plastique polypropylène 100 % recyclé et recyclable ou en
aluminium, les bordures Idéal Jardin du groupe Fabemi, allient légèreté et solidité. Elles sont proposées avec des ancrages de haute qualité qui permettent de fixer les bordures en toute sécurité
”, complète Laurence Costa, chargé de missions pour le groupe Fabemi.

Les bordures, ou voliges souples offrent de multiples avantages (rapidité de pose, sécurité, flexibilité, esthétisme, légèreté, recyclage…).  Apanages Jardin offre également la possibilité d’intégrer un l’éclairage LED étanche aux bordures aluminium, afin de mettre en lumière les jardins”, souligne Frédéric
Guyomarch.

Une pose facile et rapide

Après marquage de l’emplacement futur de la bordure, l’utilisation d’une bêche
permettra de réaliser une fente parfaitement verticale pour installer les bordures. Il faut porter attention à la planéité du sol, afin que les bordures soient bien horizontales et puissent s’emboîter sans problème au moyen de raccords. “La pose des bordures Nidaplast est très simple. Il faut juste prévoir un sol support plat et régulier, avec possibilité de rectifier la planéité avec du sable. La longueur des bordures et leur poids associés à un ancrage par système de pieux, assurent une pose facilitée”, déclare Nathalie Busin. “Grâce au système de raccord télescopique des bordures Eccoborders Alubord, il n’y a aucune vis visible, ce qui donne un résultat parfaitement esthétique. Le système d’ancrage coulissant utilise des ancrages en aluminium durable. Avant d’assembler les bordures, il est nécessaire de déterminer les endroits où les kits d’ancrage (poche et ancrages) doivent être installés.

Il faut ensuite glisser simplement la poche vers le point d’ancrage désiré, hors des courbes serrées pour obtenir un rayon de courbure optimal. Il est également possible d’utiliser la poche d’ancrage comme pièce de raccordement pour un raccord parfait et homogène tout en y fixant l’ancrage.

Après avoir installé les poches d’ancrage, il reste à superposer les extrémités des
profilés respectifs avec des raccords télescopiques pour les faire se chevaucher d’environ 4 cm. Des raccords sans chevauchements, qui sont coulissés du même côté que les kits d’ancrage existent également.
Les bordures assemblées sont ensuite à placer verticalement dans le sol, avant fixation avec les ancrages
”, développe Henk Strybos. Pour finir, un tassement du sol des deux côtés de la bordure en égalisant la surface offre une finition soignée.

Gérer les angles

Il existe toute une panoplie de solutions pour gérer les angles de manière élégante : angles droits ou courbes gracieuses pour des lignes épurées et régulières. “Les bordures métalliques et PVC acceptent la formation de courbes et d’angles jusqu’à 140°, mais les techniques de pliage diffèrent d’un matériau à l’autre. Les bordures en aluminium se plient facilement à la main sur un angle de table ou d’établi par exemple. Alors que les bordures en PVC, acier Corten et acier galvanisé se plieront plus facilement et formeront un angle, après réalisation d’une encoche dans le sens de la largeur des bordures, avec une scie à métaux, meuleuse ou scie
sauteuse. Cette encoche fera office d’amorce de pliage. La partie non découpée s’installera vers le haut de manière à ne pas avoir
d’interruption visuelle de la bordure
”, explique Frédéric Guyomarch. “Les ‘nidaborders’ proposées par Nidaplast permettent la formation d’angles par simple pliage de la
bordure ou par la pose d’angles 90° préformés à emboiter sur l’extrémité de la bordure
” ajoute
Nathalie Busin. Henk Strybos précise également que “des pièces d’angles préformées de 90° sont disponibles pour les bordures Eccoborders Alubord, pour réaliser des angles
harmonieux
”.

Quelles sont les tendances ?

L’aluminium est particulièrement demandé depuis quelques mois. Les coloris gris anthracite, l’aluminium brut et le blanc ont le vent en poupe, mais le très élégant noir séduit de plus en plus. D’autres teintes réalisées sur mesure sont également demandées tel que l’imitation Corten, mais avec un surcoût lié à la fabrication en petite série. L’acier Corten arrive en second avec une très forte croissance depuis quelques mois”, confie Frédéric Guyomarch. “L’acier Corten est de plus en plus plébiscité par les clients, mais il ne faut pas hésiter à varier les formes et les matières en fonction de l’esthétisme recherché”, souligne Nathalie Busin. “Les tendances sont aux produits fins en acier galvanisé afin de proposer des séparations fines et discrètes entre les matériaux”, conclut Laurent Clisson.