Le chiffre 40

Comme le nombre de qualifications QualiPaysage.

QualiPaysage a été créé en 1970, sous la tutelle du Ministère de l’Agriculture, pour valoriser et promouvoir les compétences des professionnels du paysage. Validées tous les 4 ans, les qualifications QualiPaysage proposent plusieurs niveaux adaptés à des tailles de chantiers différentes. Toutes les entreprises du paysage, quelle que soit leur taille, peuvent prétendre à la qualification.

L’ail ornemental, graphique et surprenant

Les grosses têtes rondes des aulx ou ails ornementaux rencontrent un beau succès. De plus en plus, on voit émerger ces belles plantes bulbeuses des massifs fleuris dans les jardins publics ou privés.
La raison
Leurs nombreuses qualités : ils assurent un bon relais entre les floraisons printanières et estivales et ne demandent que peu d’entretien, ce que sollicite la plupart de vos clients !

Avec de plus en plus de variétés proposées, grandes ou petites, aux têtes rondes ou ovales, blanches ou violettes, les aulx ornementaux s’intègrent très bien à tous types d’association végétale, en se naturalisant et en offrant donc une belle durabilité. De plus, ils sont peu exigeants en eau et en entretien et donc résistants. Des plantes de choix pour vos clients, d’autant plus qu’ils participent à égayer la fin d’été, les têtes séchées étant très décoratives.

Une bulbeuse, transition entre printemps et été L’ail ornemental se distingue, comme son nom l’indique, pour son aspect d’agrément, avec une floraison bien particulière en ombelles sphériques qui peuvent parfois atteindre jusqu’à 30 cm de diamètre ! Pour Linda Groot de Verver Export, les aulx “sont un bon relai entre la fin du fleurissement de printemps et celui de l’été avec, généralement, une floraison de mai à juillet (cultivars plus ou moins précoces ou tardifs). Qui plus est, ils sont pérennes, en se naturalisant très bien grâce à leur développement par bulbilles, même si au cours des années, on peut parfois observer une petite perte de hauteur de la tige et de la grosseur des fleurs”. Avec des feuilles linéaires assez basses, l’intérêt porte essentiellement sur les inflorescences qui, aujourd’hui, vont du pourpre au blanc, en passant par le violet, rose ou encore jaune. “Avec une tige par bulbe, ils fleurissent pendant plusieurs semaines et donnent de la hauteur aux massifs de façon originale et très esthétique” relate Sarah Leclaire de Ernest Turc.

Une plante structurante et graphique
Le nombre impressionnant d’espèces permet de créer des compositions uniques, toujours atypiques, en association avec des annuelles, vivaces, arbustes, graminées ou mêmes fougères. Ils créent “des effets graphiques surprenants, voire inédits, comme la nouvelle variété Allium ‘Millenium’, qu’elle soit plantée de façon groupée ou dispatchée, et qui fleurit de juillet à août” explique Audrey Dubois de Graines Voltz, qui ajoute : “La profusion de ses fleurs violettes en forme de sphères de 5 cm de diamètre ornent de façon moderne les jardins privés. De plus, les fleurs attirent les insectes pollinisateurs. Peu exigeant en entretien, cet ail s’accommode aussi bien en exposition mi-ombre et ensoleillée”. De plus, le port de la plante structure un massif ou un jardin, grâce à une longue tige droite contrastée par cette coiffe ronde. Plantés en masse, ils assureront un effet de profusion et de générosité, attirant au passage bon nombre d’abeilles et le regard des propriétaires et invités. Répartis au sein d’un massif, en association avec des graminées
ou des vivaces, ils apporteront un côté plus léger mais cependant structurant et moderne. Les associer à des plantes basses permet de créer de belles émergences, mais ils fonctionnent également en mélange avec des arbustes plus hauts, la couleur et la forme des fleurs contrastant avec le feuillage en arrière-plan.

Une diversité d’espèces et de cultivars
Il existe donc une diversité d’espèces et de variétés qui se distinguent par leur taille, couleur ou taille de la fleur, période de floraison.
En voici quelques unes :

Allium aflatunense : avec un bon rapport
qualité/prix, cette espèce porte des ombelles denses de 10 cm de diamètre couleur violet pourpre (H : 80 cm) ;

Allium bulgaricum : forme et couleur très originales (H : 90 cm) ;

Allium giganteum : inflorescence d’un violet vif pouvant atteindre 1,5 m de haut avec un diamètre de 20 cm ;

Allium ‘Globemaster’ : variété étonnante pour la taille de ses ombelles, qui mesurent près de 20 cm de diamètre, avec une belle hauteur sur tige de 1,2 m (couleur des fleurs violet foncé) ;

Allium christophii : aussi appelé étoile de Perse, ce petit ail de 40 cm de haut est très surprenant pour les nombreuses étoiles pourpre métallique qui composent l’ombelle principale ;

Allium schubertii : des grandes ombelles de 30 cm de diamètre qui portent jusqu’à 50 petites fleurs en étoile, inflorescence séchée très esthétique (H : 50 cm) ;

Allium sphaerocephalon : jolies petites têtes rondes à ovales de couleur grenat, convient très bien à des massifs champêtres en association, par exemple, avec des valérianes. Il fleurit quasiment pendant un mois (H : 70 cm) ;

Allium ‘Mount Everest’ : variété à fleurs blanches, appréciée pour sa précocité (fleurit en mai), plante élégante, vigoureuse
et qui résiste bien au vent (H : 100 cm).

Préconisations de plantation et d’entretien
L’ail d’ornement préfère les emplacements en plein soleil, plutôt au chaud, dans un sol léger et bien drainé, qui peut même être pauvre et caillouteux. Idéalement, “il faut les planter de septembre à décembre. La distance de plantation varie d’une espèce à l’autre mais, pour les aulx géants, il est bien d’espacer chaque bulbe de 30 cm, et de 10 cm pour les petits, dans un sol léger et bien drainé” poursuit Sarah Leclaire. Aussi, il faut enterrer “le bulbe de 3 à 4 fois sa hauteur précise Audrey Dubois, “le sol devant être drainé, voire caillouteux”. A la fin de la saison, supprimez les fleurs fanées. Laissez-les se naturaliser : les bulbes développent des bulbilles sur leurs pourtours qui forment de nouveaux ‘bouquets’ au printemps suivant. Voilà donc une plante aux multiples atouts dont on aurait tort de se priver, pour créer des compositions durables, esthétiques et aguichantes !

Êtes-vous adhérents à une coopérative de services à la personne ?

Vous êtes 70 % à faire partie d’une coopérative de services à la personne !

Oui 70 %
Non 30 %

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les petits travaux de jardinage autorisés dans le cadre de services à la personne sont définis comme les travaux d’entretien courant des jardins et potagers de particuliers. Ils comprennent la cueillette des fruits et légumes pour une consommation personnelle, la taille des haies et des arbres et le débroussaillage uniquement. Le plafond de dépenses annuel ouvrant droit au crédit d’impôt ne peut excéder 5 000 euros.

La WL95, une chargeuse poids lourd.

WL95 de Wacker Neuson

Avec ses 10 tonnes, la WL95 est le plus grand modèle de Wacker Neuson, mais reste compacte (longueur de 6,50 m, largeur de 2,39 m et rayon de braquage de 4,90 m). Elle existe en deux variantes de motorisations, conformes aux dernières normes en matière d’émissions. En plus des avantages offerts par sa transmission hydrostatique ecospeedPRO, comme l’inversion de la marche, la maniabilité, la vitesse de déplacement au ralenti et le servofreinage, elle peut se déplacer de 0 à 40 km/h. Son bras de levage atteint un rayon au godet de 3,80 m et peut ainsi charger sans problème les camions à benne haute. Elle présente également une charge de basculement de 5,7 tonnes pour une manutention efficace

La phrase de Titouan Charreau, conducteur de travaux chez Atlantic Paysages.

« J’ai choisi d’être conducteur de travaux pour être en lien direct avec le paysage, la logistique et le management », Titouan Charreau, conducteur de travaux chez Atlantic Paysages.

Titouan Charreau, conducteur de travaux depuis 3 ans au sein d’Atlantic Paysages a d’abord obtenu un Bac Pro, puis un BTS et une Licence Pro Aménagements Paysagers. C’est suite à un stage terrain qu’il a été embauché chez Atlantic Paysages !

Titouan Charreau

Le chiffre 36

Comme le nombre de lauréats récompensés lors de la 6e édition des Victoires du Paysage 2018.

La remise des prix de la 6e édition des Victoires du Paysage a récompensé début décembre, le travail et le savoir-faire des acteurs de la filière : paysagistes concepteurs, entreprises du paysage, pépiniéristes et horticulteurs.

Fécamp : renouveau pour le quartier Ramponneau

Ce sont des travaux de grande ampleur qui ont été menés à Fécamp au sein du quartier Ramponneau. Terrassements conséquents et plantations d’envergure ont transformé le quartier en un nouveau lieu de vie pour les habitants, où le végétal et le piéton sont rois.
Explication avec François Simon, directeur technique et d’exploitation de Vallois, entreprise principale du chantier.

En périphérie de Fécamp, ville de Seine-Maritime comptant 19 000 habitants, le quartier Ramponneau, typique des grands ensembles des années 60, a changé de visage. “La municipalité a décidé de proposer une vraie qualité d’espaces publics pour accompagner la refonte de l’habitat, entre résidentialisation, démolitions et reconstructions. Ici, le piéton devient le maillon
prioritaire, avec des espaces largement plantés où les aspects récréatifs et pédagogiques dominent
” explique Samuel Craquelin,
gérant de l’agence de paysagistes concepteurs, mandataire de l’équipe de maîtrise d’œuvre. Ainsi, un grand parc de 1,5 ha prend place en cœur de quartier, les rues sont recalibrées et plantées généreusement, les circulations douces densifiées et le stationnement repensé pour libérer des espaces qui présentaient un beau potentiel d’espace public.

Un parc récréatif en cœur de quartier
Pour offrir ce nouveau poumon vert au quartier, d’importants terrassements ont été réalisés et, notamment, pour l’accessibilité des cheminements aux personnes à mobilité réduite, comme l’explique François Simon : “avec un lot unique, notamment pour maîtriser le calendrier dans les temps et simplifier la coordination avec les nombreuses entreprises déjà présentes (démolition, réhabilitation), nous avons réalisé les terrassements, l’assainissement, la pose des aires de jeux, les revêtements et bien sûr le lot plantation quasiment dans son intégralité. C’est un avantage, car nous maîtrisons les délais, mais cela a parfois mobilisé de 14 à 15 personnes par jour aux temps les plus forts, et cela durant 2 ans. Pour la plaine de jeux, il a fallu aplanir une grande surface et réaliser de solides fondations : la pyramide de cordes, qui mesure 15 m de haut, est ancrée dans 60 m3 de béton d’une profondeur de 1,5 m. La plaine de jeux est constituée d’une assise en grave naturelle (20 cm), puis d’une couche de granulats issus du recyclage de pneumatiques (avec épaisseurs conformes aux hauteurs de chute). Un gazon synthétique a ensuite été posé, suivi d’un sablage”. Enfin, l’esplanade de jeux d’eau a représenté des travaux conséquents : un local d’entretien est enterré pour pouvoir réparer rapidement les potentiels problèmes de fontainerie et de pompe, le système fonctionnant en circuit fermé.

D’importantes plantations
Afin de singulariser chaque espace, d’importantes plantations ont été réalisées. En tout, ce sont pas moins de 242 arbres, 625 arbustes et 10 272 vivaces et plantes tapissantes qui ont été plantés sur le parc. “Au niveau d’anciens blockhaus, une grande butte de végétaux de terre de bruyère a été créée, avec des plantations surélevées grâce à des soutènements en chêne. Entres autres, plus de 160 pins sylvestre, des Rhododendron luteum aux belles floraisons jaune vif ou encore des Ulex europaeus ‘Plenus,’ assurent les trames arborée et arbustive, complétées par une strate basse de Calluna vulgaris Marlies’ et ‘Sandy’, Erica darleyensis ‘Kramer’s Rote’, ‘Silberschmelze’, ‘Spring Surprise’ (très rustique et vigoureuse qui accepte même les sols calcaires)… Pour la logistique d’approvisionnement en végétaux du chantier, les arbres étaient livrés en flux tendu dans nos locaux, pour pouvoir assurer un délai court entre arrachage et plantation (2 semaines maximum), avec paillage des mottes en attendant la plantation. Nous approvisionnons ensuite le chantier grâce à nos camions-grues. Les arbustes et vivaces ont également été livrés intégralement à l’entreprise, puis acheminés jusqu’au chantier selon les plantations de la journée à effectuer” précise François Simon. Les rues présentent également des ambiances végétales différentes : on retrouve des associations d’arbres et de plantes tapissantes pour couvrir le pieds des arbres comme Pyrus calleryana ‘Chanticleer’ et Symphoricarpos x chenaultii ‘Hancock’ ou Carpinus betulus et Bergenia cordifolia ou encore Tilia cordata ‘Erecta’ et Geranium macrorrhizum ‘Spessart’. Les essences sont choisies pour leur port assez compact et pour leur résistance à la sécheresse. Les fosses de plantation, de 6m3, sont remplies de terre-pierre pour soutenir les pressions liées au stationnement des voitures le long des rues.

Des circulations qualitatives
Les rues du quartier ont donc été recalibrées, notamment pour offrir des trottoirs de plus de 2 m de large aux piétons dès que cela était possible. François Simon ajoute : “trois nouvelles rues ont aussi été ouvertes, les surfaces piétonnes étant traitées en béton désactivé, que ce soit au niveau des trottoirs, que sur le plateau surélevé qui relie le parc au centre commercial. Une des particularités du chantier a été la réalisation du cheminement principal du parc : il reprend la typologie des chemins du pays de Caux, avec la disposition de blocs arrondis de granit du Sidobre qui dessinent un tracé souple. Des voliges fines en azobé ont permis de coffrer le béton désactivé et de laisser un écart avec les pierres, faisant office de joint de dilatation. Un géotextile, une couche de 25 cm de grave naturelle 0/80, puis une deuxième de 0/31,5 sur 5 cm, assurent l’assise du béton désactivé (15 cm d’épaisseur)”. Les circulations secondaires du parc sont elles traitées en stabilisé.

Le jardin pédagogique
Sur un des côtés du parc, le jardin pédagogique prend place tout en longueur. “Nous l’avons réalisé en premier, durant 6 mois. Ce dernier est clos par un mur d’enceinte dans lequel a été incrustée, sous la couvertine, une pierre bleue de la région, faisant alors appel à un savoir-faire particulier. Des voliges métalliques délimitent les fosses de plantation en pleine terre et le béton désactivé. Près de 150 arbres agrémentent également l’espace : plantés en force 16/18 à 18/20, on retrouve, entres autres, Acer platanoides ‘Emerald Queen’, Acer buergerianum, Eriobotrya japonica, Prunus serrulata ‘Kanzan’, Carpinus betulus ‘Fastigiata’… Ils sont plantés dans un substrat composé de terreau horticole (100 L par arbre) et d’engrais organique (4 kg/pied), le pied étant ensuite planté de vivaces tapissantes résistantes à la sécheresse comme Santolina chamaecyparissus, Persicaria
affinis ‘Darjeeling Red’ ou Achillea ‘Mooshine’. A la plantation, les arbres ont bénéficié d’un arrosage de 150 L chacun
”.

Voici donc un chantier d’envergure, ayant fait appel à la large palette de savoir-faire de l’entreprise principale du chantier, pour redonner au piéton et au végétal toute la place qu’ils méritent.

FICHE TECHNIQUE :
– Superficie : 10 ha, dont 1,5 ha pour le parc
– Maîtrise d’ouvrage : Ville de Fécamp
– Maîtrise d’œuvre : Cabinet Samuel Craquelin, paysagistes concepteurs mandataires ;
Viamap’, BET VRD ; Jean-Michel Leforestier, architecte DPLG (abris du jardin pédagogique)
– Entreprise espaces verts, revêtements et aires de jeux : Vallois (Mirville, 76)
– Pépinières : Les Pépinières de la Roselière, Pépinières Paysages d’Elle Normandie, Jardins Services Végétaux
– Coût des travaux : 8 000 000 € HT
– Durée : 2011 – novembre 2016

Le coupe-herbe Excelion Alpha de Pellenc

En coupant aussi bien les massifs denses que les herbes tendres, Excelion Alpha peut servir à la fois pour le fauchage ou les finitions sur des bordures de route, en ville ou au jardin.

Excelion Alpha de Pellenc

Il combine des performances de coupe élevés (6400 tr/min, 400 mm avec fil de 2,4 mm) qui le rendent particulièrement efficace sur toutes les surfaces. Sa tête de coupe Alphacut et sa grande vitesse de rotation offrent la garantie d’un mulching de qualité y compris sur des herbes dures. Excelion Alpha présente une ergonomie étudiée, avec une prise en main facile et rapide, une grande maniabilité (même dans les bosquets les plus étroits) et une très bonne visibilité de la coupe.

Retour à la page d’accueil ou retrouvez de nombreuses solutions sur Placedupro.com

La phrase de Armand Joyeux, président de l’entreprise Marcel Villette et du groupe Joyeux

 » Le monde des espaces verts a beaucoup changé en 10 ans, aujourd’hui le métier est confronté aux problématiques environnementales et urbaines« , Armand Joyeux, président de l’entreprise Marcel Villette et du groupe Joyeux.

Armand Joyeux

Depuis presque 90 ans l’entreprise Marcel Villette contribue à améliorer l’aménagement et l’entretien des espaces verts d’Ile-de-France. En 2018, l’entreprise s’est engagée à mettre en place une démarche environnementale pour l’entretien des espaces verts de son siège social à Gennevilliers, au travers du label Eco Jardin.