Quelle formation avez-vous suivi pour devenir paysagiste ?

Suite aux réponses reçues, vous êtes 35 % à avoir suivi une formation BTS pour devenir paysagiste.

CAP 12 %
BEP 6 %
Bac Pro 18 %
BTS 35 %
Bac + 5 12 %
Autodidacte 3 %
Autre 12 %

Le niveau de formation est en constante augmentation. Il y a 10 ans, près d’un tiers des salariés (31%) étaient dépourvus de toute formation. En 2016, ils ne sont plus que 13,5% à être sans diplôme ou autodidactes. Les deux tiers des salariés ont un diplôme (du CAP au bac + 5) de la filière travaux ou aménagements paysagers.

 

Géolocalisation de véhicules : les avantages pour les paysagistes

Pratiques et faciles d’utilisation, les technologies intelligentes se sont peu à peu imposées dans notre quotidien et facilitent désormais le travail de nombreux artisans. Parmi celles-ci, la géolocalisation de véhicules permet de localiser les véhicules sur des cartes en ligne, en temps réel ou sur une période définie. Mais ce n’est pas tout : certaines solutions proposent également des feuilles de temps en ligne, des carnets de route quotidiens, des rapports d’analyse du style de conduite et des outils de suivi de maintenance. Autant d’outils qui permettent aux paysagistes de se concentrer sur leur travail tout en améliorant la performance de leur entreprise.

Augmentation de la productivité

Grâce aux solutions de géolocalisation de véhicules, les entreprises paysagistes peuvent optimiser leurs trajets et estimer leurs temps d’arrivée avec plus de précision, leur permettant ainsi d’effectuer plus d’interventions, de réduire leurs frais de carburant et de mieux satisfaire leurs clients. En cas d’absence ou de maladie, rien de plus facile que de localiser ses employés pour les affecter à telle ou telle mission en fonction des besoins. Enfin, la définition de zones et d’heures de travail autorisées contribue à réduire l’utilisation personnelle des véhicules afin de minimiser les dépenses superflues.

Optimisation de la comptabilité

Gérer la comptabilité d’une PME n’est pas une mince affaire, et on peut vite être submergé par la paperasse. Avec la géolocalisation de véhicules, fini le temps perdu à remplir des feuilles de temps ou des rapports carburants : les rapports sont générés automatiquement. Le recueil des données permet également de comparer les demandes d’indemnités de frais de carburant ou d’heures supplémentaires au kilométrage ou au temps passé sur site afin de réduire le nombre de demandes frauduleuses. Les données relatives au temps passé sur site permettent également de réaliser des factures et devis plus précis.

Amélioration de la conduite

En accédant à des données détaillées sur les trajets effectués à bord d’un véhicule ainsi que sur la conduite (vitesse, accélération, freinage, arrêt moteur en marche), certaines solutions de géolocalisation de véhicules peuvent contribuer à l’amélioration de la conduite, aidant ainsi les paysagistes à protéger leurs employés, réduire leurs dépenses et créer une marque de confiance.

Découvrez tous les avantages de la géolocalisation de véhicules, avec Quartix, experts en services télématiques depuis plus de 17 ans.

www.quartix.fr

Les Hortensias du Haut Bois, une pépinière spécialisée

Créée par Alain Dussine en 1988, la pépinière les Hortensias du Haut Bois produit exclusivement  des hortensias et propose à la vente plus de 750 variétés ! Située sur la commune de Taupont  en Bretagne, la pépinière produit des hortensias en pleine terre, de tailles variées : du jeune plant  au grand sujet et jusqu’à 30 ans d’âge pour les sujets adultes. Ils fleurissent au cours de l’été entre fin mai et octobre selon les variétés et apportent une touche de couleur aux aménagements paysagers.

Les hortensias sont cultivés en pleine terre, sans arrosage pour favoriser le développement racinaire en profondeur.

L’objectif premier d’Alain Dussine était de se spécialiser dans la production en pleine terre de sujets adultes d’hortensias. Depuis 10 ans, Ronan Garin a repris la pépinière et s’attache à conserver et valoriser la collection d’hortensias. Il a effectué un BTS Production Horticole au Lycée de Saint-Ilan à Langueux entre 2004 et 2006. « Au cours de mon BTS, j’ai effectué mon stage principal dans la pépinière Les Hortensias du Haut Bois. C’est en 2008 que l’opportunité de reprendre la pépinière s’est présentée, pour cause de départ à la retraite du gérant », explique Ronan Garin. Depuis 1988, la pépinière s’est développée et cultive aujourd’hui 50 000 pieds en pleine terre. « Notre clientèle se compose d’environ 40 % de particuliers, 30 % de paysagistes et 30 % de collectivités, mais les proportions restent variables selon les années. La production est en partie vendue à des collectivités locales, petites communes de la région et également à des collectivités présentes en région parisienne. Nous participons à de nombreux salons de renommée internationale : Saint-Jean-de-Beauregard, Chantilly, Salon du Végétal. Cela nous permet de prendre contact avec des paysagistes et collectivités pour nous faire connaître. Nous faisons également de la vente directe à cette occasion », rajoute Ronan Garin. Les Hortensias du Haut Bois fournissent des hortensias dans toute la France avec une vente sur place ou par correspondance. Néanmoins, peu d’hortensias sont vendus dans le sud de la France, du fait des conditions climatiques peu adaptées à la physiologie de la plante.

Organisation de la pépinière

La surface totale de culture est de 13 ha, dont 1 485 m² de tunnels et 1 800 m² de plates-formes de production pour la multiplication des variétés par bouturage et la culture d’hortensias en conteneur (environ 10 000) de 2, 5, 7 ou 10 litres selon la taille des hortensias. La multiplication est réalisée dans des plaques alvéolées ou directement en pleine terre selon les espèces. Au cœur de la pépinière, un jardin d’environ 5 000 m² permet de mettre en scène et de valoriser la collection d’hortensias. Ce jardin est ouvert à tous, pour se détendre et se cultiver. La pépinière accueille les visiteurs et propose ses services : conseils, visite guidée, achats… « Nous sommes 5 à travailler à la pépinière : une personne pour la production en pleine terre, une pour la production hors-sol, une au secrétariat, moi-même pour l’administratif et ma femme pour la vente des végétaux et l’entretien du jardin d’exposition. Nous nous répartissons également la préparation des commandes. Cette étape permet de savoir ce que veulent les clients et donc d’estimer quelles variétés produire et en quelles quantités », indique Ronan Garin.

La pépinière Les Hortensias du Haut Bois, basée à Taupont en Bretagne, propose plus de 750 variétés différentes.

De nombreuses espèces  et variétés

Les hortensias offrent un large panel de couleurs avec des nuances variant du bleu intense au rose foncé, en passant par le pourpre et le blanc. Les hortensias présentent divers types d’inflorescences : boules traditionnelles, inflorescences plates ou pannicules aériens. Les feuillages offrent, eux aussi, une grande diversité, avec les feuilles de chêne de l’Hydrangea quercifolia ou le feuillage plus classique de l’Hydrangea macrophylla avec un feuillage vert et épais. La pépinière produit plusieurs espèces, telles que les macrophylla, les serrata, les arborescens, les quercifolia, les involucrata, les aspera, les heteromalla, les paniculata, et hortensias grimpants. « Nous proposons de nombreuses variétés anciennes, telles que l’Hydrangea macrophylla ‘Madame Emile Mouillère’ créé en 1908 et l’Hydrangea macrophylla ‘Otaksa’ considéré comme la première variété importée en Europe. Les Hortensia paniculata ‘Limelight’, avec des panicules de fleurs blanc crème et les Hortensia paniculata ‘Pinky Winky’, avec de longs panicules variant du rose au rouge foncé ont beaucoup de succès auprès de nos clients. Chaque année, nous produisons de nouvelles variétés, par exemple l’Hydrangea macrophylla ‘Koria’, avec des inflorescences blanches à fleurs plates et l’Hydrangea macrophylla ‘Anda’, qui présente des boules de fleurs compactes », illustre Ronan Garin. Les hortensias s’associent très bien avec les graminées qui donnent de la vie aux massifs en hiver, par exemple les Stipa, Miscanthus et Pennisetum alopecuroides. Agrémenter les pieds de massifs avec des vivaces comme les geraniums vivaces, heuchères et sedums, permet de valoriser et accompagner la floraison et le feuillage des hortensias. Les hortensias peuvent être à la fois utilisés en pots ou en pleine terre, en sujet isolé, en alignement ou au cœur d’un massif.

Une production de qualité

Les hortensias sont plantés en pleine terre, dans un substrat lourd et humide. Aucun apport d’eau ou d’engrais n’est effectué pour la culture. De la même façon, aucun traitement n’est réalisé. Cette démarche permet de produire des plantes de qualité avec un développement du système racinaire en profondeur, tout en économisant les ressources en eau. S’il n’y a pas d’eau en surface, les racines iront naturellement en profondeur pour trouver une source d’humidité. L’hortensia sera d’autant plus résistant aux périodes de sécheresse. Pour obtenir des sujets de taille adulte, 5 à 7 ans de culture sont nécessaires. « Nous sommes les seuls à proposer des sujets adultes d’hortensias, cultivés en pleine terre », souligne Ronan Garin. Il est important de régénérer la plante par une taille douce tous les ans, en enlevant une branche sur trois (la plus vieille des trois). Mais les inflorescences ne sont pas à tailler avant le mois d’avril. En effet, elles protègent les bourgeons sous-jacents, des gelées tardives.

Objectifs et perspectives

Spécialiste de la production d’hortensias en pleine terre, l’objectif de la pépinière est de mettre en avant sa collection. « Notre intention est de maintenir l’activité et la production d’hortensias de collection, sans prévoir d’augmentation de la surface de culture. Nous sommes attachés à la conservation et multiplication des variétés anciennes et cherchons à les valoriser. A l’avenir, nous souhaiterions développer la création variétale. C’est pour nous une piste vraiment intéressante », conclut Ronan Garin.

La phrase de Adrian Lachoux, directeur de la société CERA Jardin.

© CERA Jardin

« Les couleurs froides des revêtements de sol, associées à la chaleur des végétaux permettent de créer des espaces d’harmonie de bien-être. »
Adrian Lachoux, directeur de la société CERA Jardin.

Située à Louveciennes, à l’Ouest de Paris, l’entreprise CERA Jardin est spécialisée dans la création paysagère. Soucieux du bien-être de ses clients, Adrian Lachoux et son équipe, réalisent des jardins au design épuré et contemporain pour créer des espaces à vivre harmonieux.

Le chiffre : 1,4 million

Comme le nombre de foyers français ayant fait appel à un jardinier professionnel, une entreprise de paysage ou un paysagiste, pour l’année 2017.

Le taux de recours à un prestataire extérieur pour les jardins ou terrasses est globalement stable depuis 5 ans, avec une légère baisse par rapport à 2015.

Le chiffre : 12

12, comme le pourcentage d’apprentis dans les entreprises de paysage.

Les emplois en CDD sont majoritairement des contrats d’apprentissage (12% de l’ensemble des salariés) : en effet la profession dénombre en 2016 près de 8000 jeunes apprentis.

La phrase de Julien Jaroussie, co-gérant de l’entreprise de l’entreprise Jaroussie Espaces Verts

 » Depuis de longues années nous sommes très axés sur l’aspect écologique et environnemental de nos prestations, avec des choix de matériaux et végétaux locaux, l’utilisation d’un paillage biodégradable et la réutilisation systématique des déchets verts en paillages ou compost.« 

Implantée en Dordogne depuis 33 ans, Jaroussie Espaces Verts est une entreprise jeune et dynamique qui a su se diversifier et se développer au fil des ans avec une approche écologique et environnementale au cœur de chacune de ses prestations.

Fiberon Xtreme Advantage, une lame antidérapante

Répondant à la norme DIN51130 et certifiée R12, la lame fiberon Xtreme Advantage en bois composite de Fiberdeck se distingue par sa haute résistance à la glisse, sa belle finition mate et sa texture imitation bois. Elle profite d’une bonne tenue dans le temps contre la décoloration et les taches et conserve sa couleur d’origine pendant 20 ans.

La pigmentation aléatoire, reproduit la texture des essences de bois et existe en 3 coloris : Acorn, un brun qui se rapproche de l’aspect naturel du bois, Aspen, un gris minéral comparable à un bois vieilli et Teak, un ocre rouge qui rappelle la couleur de l’ipé, bois exotique aux nuances très marquées.

www.fiberdeck.fr

Vous êtes 50 % à louer de temps en temps du matériel.

Suite aux réponses reçues, vous êtes 50 % à louer de temps en temps du matériel.

A quelle fréquence louez-vous du matériel pour vos chantiers de création et d’entretien ?

La location de matériels combine de nombreux avantages, notamment au niveau des coûts et de l’entretien. Elle offre une solution adaptée aux paysagistes pour accéder à des équipements récents et performants.

La sélection : innover pour le gazon !

Chaque année, les producteurs de semences de gazon créent de nouvelles variétés pour répondre à la demande du marché avec des gazons de plus en plus économes en entretien.

variétés de gazon
La stratégie, chez  » Les Gazons de France » est de lancer une production de semences
rapidement, dès que la valeur d’une variété est considérée comme intéressante,
pour mettre le produit dès que possible à la disposition du consommateur.

La sélection variétale des semences prend plusieurs années : c’est un long travail pour obtenir des variétés ayant des caractéristiques qui répondent à la demande du marché. « Nous avons plusieurs critères d’amélioration, travaillé simultanément : aspect esthétique (densité, finesse, couleur), vitesse d’implantation, pérennité, croissance lente, tolérance au piétinement, adaptation au stress (manque d’eau, chaleur, froid…) et tolérance aux maladies (rouilles, fil rouge…) », explique François Dujardin pour Les Gazons de France. « La sélection variétale permet de tirer parti des points forts de certaines espèces et d’en améliorer les points faibles, afin d’obtenir de nouvelles variétés exigeant moins d’entretien, d’arrosage et de nutrition. Nos variétés sont mises au point dans la station expérimentale des Alleuds, près d’Angers. Nous nous appuyons également sur une vingtaine de stations de recherche dans le monde pour sélectionner des variétés adaptées à tous les types de sol et de climats », ajoute Hélène Wibaux pour La Maison des Gazons. « Barenbrug possède des centres de recherche et de sélection partout dans le monde pour couvrir les 4 types de climats qui caractérisent l’Europe : méditerranéen, atlantique, continental et montagnard. Les stations de recherche sont placées dans cette configuration pour tester et adapter les variétés à différents climats. Il peut s’écouler jusqu’à 15 ans entre le début du processus de sélection et l’inscription au catalogue officiel », complète Michel Gaudillière pour Barenbrug.

Le catalogue officiel français, gage de performance et qualité

Pour être commercialisée en France, une variété doit être inscrite au catalogue officiel français ou au catalogue européen des espèces et variétés. En France, chaque nouvelle variété est examinée par le Comité Technique Permanent de la Sélection (CTPS). Le Groupement d’Étude et de contrôle des Variétés et des Semences (GEVES) contrôle les variétés pendant 3 ans, avec 2 tests : le VAT, test de valeur agronomique et technologique, ainsi que le DHS : distinction de la variété par rapport aux variétés déjà inscrites, homogénéité entre les individus et stabilité des caractéristiques.

« Pour inscrire une variété au catalogue officiel français, il faut se rapprocher le plus possible des orientations techniques : finesse, densité, tolérance aux maladies, à la sècheresse, piétinement… et apporter un réel plus par rapport à la variété témoin », indique Michel Gaudillière. Si la variété est jugée meilleure que les témoins, le CTPS propose au Ministère de l’Agriculture de l’inscrire au catalogue officiel français. Elle est ensuite inscrite automatiquement au catalogue européen des espèces et devient commercialisable dans toute l’Union Européenne.

« Les variétés inscrites au catalogue officiel français ont des niveaux de qualité élevés, pour des caractères précis (densité, pérennité, tolérance au piétinement…). Le Label Rouge Gazon, particularité française, retient, grâce à un système de tri validé par la profession, les meilleures variétés du catalogue officiel français », rajoute François Dujardin. « Le catalogue officiel des graminées à gazon du GEVES est un excellent outil d’évaluation et de comparaison des variétés à gazon entre elles, c’est un gage de qualité et de sérieux », complète Hélène Wibaux.

Le mélange RTF avec des fétuques élevées à rhizomes permet au gazon de s’auto-réparer rapidement grâce à la propagation des rhizomes dans le sol.
Les espèces et variétés

Il existe plusieurs espèces et variétés adaptées à différents usages suivant leurs caractéristiques. Plus spécifiquement, plusieurs espèces sont adaptées aux jardins privés, explications de François Dujardin :

  • le ray-grass anglais reste l’espèce la plus utilisée en France, avec une implantation rapide, une tolérance au piétinement et à l’arrachement, une bonne densité et pérennité, mais elle est sensible à la chaleur ;
  • les fétuques rouges sont aussi très utilisées et possèdent une excellente densité et finesse. Cette espèce est pérenne avec une pousse modérée et une installation facile, mais est peu résistante au piétinement ;
  • la fétuque élevée tolère la sècheresse et résiste au piétinement et à l’arrachement. Néanmoins, elle présente une densité et une finesse insatisfaisantes chez les anciennes variétés ;
  • la fétuque ovine possède une bonne tolérance à la chaleur, un feuillage fin, une faible pousse, une bonne pérennité et densité, mais elle est sensible au piétinement et s’installe lentement ;
  • le pâturin des prés présente une excellente tolérance au piétinement et à l’arrachement, une bonne densité et une pousse modérée. Cependant, il est sensible aux maladies et s’installe lentement.

Les variétés peuvent s’associer sous la forme de mélange de gazon pour combiner leurs caractéristiques, suivant les usages recherchés : résistance à la sècheresse, limitation des intrants, de la pousse…

Des gazons économes en entretien

De plus en plus, les professionnels recherchent à réduire les arrosages, les déchets et la fréquence des tontes. « Les tendances du marché s’orientent vers des gazons économes en entretien et respectueux de l’environnement avec de faibles besoins en eau.

variétés de gazon
PreGerm accélère significativement la germination et la levée, avec des substances naturelles telles que des enzymes et des hormones, sans incidence sur l’environnement ni sur les performances techniques ultérieures du gazon.

Par exemple, le MDG 8 Quatro, une association de fétuques rouges et fétuques ovines, supporte des conditions pauvres avec une pousse très lente. La fétuque élevée a également un rôle à jouer dans les exigences du marché, avec sa grande tolérance au piétinement et à la sècheresse », déclare Hélène Wibaux.« Deux espèces retiennent notre attention » explique François Dujardin :

  • la fétuque élevée qui a nettement progressé ces dernières années : elle est devenue beaucoup plus fine et dense, moins poussante, tout en gardant ses qualités de rusticité. « Notre variété RGT Nuance est aujourd’hui une référence (la n°1 du catalogue officiel français 2017 pour la pérennité, la finesse et l’installation) » ;
  • la fétuque ovine est une espèce qui devrait être plus présente dans nos consommations : faible production de déchets, faibles besoins en eau et en produits de traitement. Elle est donc particulièrement attractive pour les gazons d’agrément modérément piétinés, compte tenu de ses intérêts environnementaux et économiques, et de son aspect esthétique. « Notre variété Beacon est elle aussi une référence ».

« Pour augmenter les performances du gazon, il est également possible d’utiliser un pelliculage des semences avec une solution contenant des mycorhizes. Le produit Mycosem permet une mycorhization précoce, pour un gazon mieux nourri, plus durable et plus économe en entretien », indique Hélène Wibaux. « Depuis très longtemps, nous nous attachons à travailler sur la résistance à la chaleur et à la sécheresse avec des protocoles d’essais en recherchant les variétés les plus adaptées au stress hydrique. Notre gamme Water Saver, composée de plusieurs variétés, résiste à la sècheresse et à la chaleur, ce qui permet de limiter les arrosages. Nous sommes toujours à la recherche de nouvelles innovations : par exemple, le Koeleria macrantha Barkoel, présente une pousse cumulée à l’année très faible. Cette variété s’installe lentement, mais permet de réduire significativement le nombre de tontes à l’année », explique Michel Gaudillière.

Une installation rapide

Plusieurs gammes de gazons se développent rapidement pour obtenir un bel effet en peu de temps. « Notre gamme Speedy Green permet une installation très rapide grâce à des variétés qui ‘s’auto-réparent’. Elle propose à la fois un mélange RPR composé d’un ray-grass anglais traçant avec des pseudos-stolons et un mélange RTF avec des fétuques élevées à rhizomes qui se propagent en comblant les trous, grâce au développement rapide de leurs systèmes racinaires », développe Michel Gaudillière. « L’installation est bien entendu un caractère important pour toutes les espèces que nous traitons. Il s’agit de l’un des caractères pris en compte, lorsque nous lançons une production de semences. En effet, notre stratégie est de mettre les variétés que nous jugeons intéressantes, rapidement à la disposition du consommateur », complète François Dujardin. « La pré-germination accélère la germination et l’implantation des espèces lentes comme la fétuque élevée et le pâturin des prés. Avec la prégermination PreGerm, les semences germent 2 à 7 jours plus tôt que des semences non prégermées, ce qui permet une installation plus rapide du gazon. Le gazon MDG Pregerm permet l’introduction rapide de fétuque élevée et du pâturin des prés avec une tolérance au piétinement, à l’arrachement et à la sécheresse », conclût Hélène Wibaux.

 

 

Afin de retrouvez d’autres articles sur les gazons Abonnez vous