Pour assurer l’infiltration des eaux de pluie à la parcelle tout en conservant des sols stables, les dalles ou plaques alvéolaires constituent une alternative de choix. Remplis de graviers ou d’un substrat à engazonner, ces modules s’avèrent aussi très esthétiques. Mais comment les installer durablement ? Quels sont les références à ne pas rater Éléments de réponse auprès des entreprises du secteur.

 

N’avez-vous jamais constaté qu’en optant pour un couvert en graviers, plus leur quantité augmente au mètre carré, plus la stabilité du revêtement diminue, déformant ainsi les sols ? Par ailleurs, qui n’a pas eu des graviers fins coincés dans les semelles, sans compter les difficultés de circulation pour les PMR ou bien encore les poussettes, et ce, peu importe leur granulométrie ! Les graviers sont également des matériaux fluents, qui ont tendance à migrer sur des surfaces où ils ne sont pas toujours désirés : du gazon, des allées en béton désactivé… Nul doute que ces inconvénients limitent l’usage des graviers en tant que revêtement de sol. Mais aujourd’hui, les professionnels ont la solution : les dalles alvéolaires, capables de cadrer les graviers, d’infiltrer les eaux à la parcelle (sous réserve d’un fond de forme drainant) et de stabiliser les sols sans réaliser de gros chantiers. Une solution écologique et fonctionnelle. “La gestion des eaux pluviales est un sujet essentiel. La priorité est de favoriser les revêtements drainants. Les dalles et plaques alvéolaires s’inscrivent totalement dans cet objectif en améliorant la stabilité des zones réalisées avec, qui plus est, des matériaux naturels et peu couteux comme le gravier” indique Marion Devoisin, gérante de l’entreprise Comotec.

Mise en œuvre des dalles alvéolaires
L’un des avantages des dalles alvéolaires, qu’elles soient en polypropylène ou en polyéthylène haute densité, est leur capacité à supporter non seulement des piétons, sans qu’ils aient d’ailleurs la sensation de s’enfoncer dans le sol à chaque pas, mais aussi des véhicules de plusieurs tonnes, voire des camions. Question résistance, les dalles alvéolaires peuvent supporter des compressions de l’ordre de 300 t/m² à vide et jusqu’à
12 000 t/m². A condition de respecter des règles de mise en œuvre :

  • confection d’une sous-couche drainante. Composées à 95 % de vide, les dalles alvéolaires sont perméables, mais le support sur lequel elles sont posées doit l’être également. Il est donc nécessaire de porter une attention particulière à la réalisation du fond de forme. Sa constitution et son épaisseur vont varier en fonction du type de matériau utilisé pour le remplissage (graviers ou gazon) et de l’usage (allée piétonne, parking…)” indique Nathalie Busin, responsable marketing chez Nidaplast. En principe, la sous-couche est composée de graves de 0/16, 0/32 ou 0/40 mm, généralement de 5 à 10 cm d’épaisseur pour les zones piétonnes, contre 15 à 40 cm pour les espaces circulés. Pour les dalles engazonnées, des entreprises conseillent de mettre en place une couche de concassés 0/100, recouverte d’environ 20 cm de mélange terre-pierre compacté successivement (40 %
    de terre végétale, 60 % de pierres 60/120). A noter que certaines dalles alvéolaires possèdent un système de drainage intégré ;
  • sélection de dalles alvéolaires, de 2,5 à 4 cm d’épaisseur en principe ;
  • pose, bord à bord ou par chevau-chement selon les modèles, sur une couche d’égalisation de 3 à 5 cm d’épaisseur et pentée à moins de 5 %. “Question maniabilité, les plaques de grandes dimensions (exemple : 1 518 x 1 176 mm, soit 1,8 m² de surface) sont légères et se transportent sans peine lorsqu’elles sont pliées en deux. La pose s’effectue perpendiculairement au sens du trafic et bord à bord. Si nécessaire, les plaques se découpent facilement pour s’adapter à toutes les configurations, même les plus complexes (contours des arbres, angles de terrasses, courbes des allées…) et à tous les terrains” développe l’entreprise ACO. Des systèmes de pose ‘clé en main’ facilitent aussi le travail. “De notre côté, on propose un pack complet permettant la mise en place très rapide de 15 m2 de dalles alvéolaires : 8 plaques + un big bag de 500 L de graviers calibre 4-10 mm” précise Benjamin Humbert, responsable commercial chez Racine.
  • remplissage des alvéoles.Optez pour un gravier sans grains fins (≥ à 4 mm). Les graviers sont maintenus en place grâce aux stabilisateurs, qui sont recouverts ensuite d’une couche de graviers de finition” conseille Henk Strybos, de la société Ecco Products. A noter : “pour une durée de vie maximale, une couche de graviers d’au moins 1,5 cm doit recouvrir complètement les alvéoles”.

Pour les applications avec véhicules, il est conseillé d’utiliser des graviers d’un calibre de 8 à 16 mm, alors que pour les applications piétonnes, une granulométrie de 4 à 8 mm est recommandée.

Dans le cas des dalles engazonnées, il est préférable d’opter pour de la terre végétale, sans pour autant combler à refus les alvéoles. En ce qui concerne les semis, privilégiez des fétuques élevées à rhizomes, dosées à 5 kg/100 m2
et tondues par la suite au-delà de 30 mm. Du gazon de plaquage peut aussi être déroulé, à condition d’avoir préalablement étalé une couche de sable et de compost dans les alvéoles.

Enfin, pour éviter que le gravier s’insère sous les dalles stabilisatrices, toutes les entreprises proposent un géotextile soudé. “Le géotextile inclus évitera le développement des herbes indésirables. Il est indissociable des alvéoles grâce à un processus exclusif de soudure pendant la phase d’injection” précise Jennifer Giraud, chargée de marketing et communication chez Jouplast. Fiables et bien posées les dalles alvéolaires se développent de plus en plus. Espérons qu’elles se généralisent davantage, ne serait-ce pour rendre notre cadre de vie plus responsable vis-à-vis des impératifs climatiques.

Avantages des dalles alvéolaires

  • perméabilité des sols : 100 % perméables, les dalles alvéolaires possèdent une capacité d’infiltration intégrale. Fini les flaques visibles à la surface du sol ;
  • stabilité des sols : les dalles alvéolaires ont la faculté, une fois installées, de ‘rigidifier’ le revêtement. Elles permettent de créer une surface gravillonnée d’épaisseur constante ;
  • accessibilité accordée aux camions, bus, voitures, personnes à mobilité réduite… ;
  • facilité et rapidité d’installation : munies d’une sous-face en géotextile, les dalles se posent les unes après les autres sur un fond de forme compacté. Le remplissage des nids d’abeilles est également très rapide ;
  • produits écologiques : les alvéoles sont généralement fabriquées à partir de polyéthylène injecté, entièrement ou, pour partie, recyclé. Infiltrer les eaux de pluie au plus proche du point de chute permet aussi de limiter les ruissellements, et donc la pollution par les hydrocarbures retenus sur les sols ;
  • diminution des îlots de chaleur : si les dalles engazonnées ont, dans une moindre mesure, la capacité de rafraîchir localement l’atmosphère grâce à l’évapotranspiration des graminées, celles remplies de graviers clairs participent à l’augmentation de l’albédo ;
  • réduction du développement des herbes indésirables grâce à un géotextile inclus sous les plaques alvéolaires.

A retenir
Remplissage des alvéoles : pour les applications avec véhicules, il est conseillé d’utiliser un calibre de 8 à 16 mm, alors que pour les applications piétonnes, un calibre de 4 à 8 mm est recommandé.
Après le remplissage, une couche de graviers d’au moins 1,5 cm doit recouvrir complètement les alvéoles.

Dalles alvéolaires : installation rapide, résultats immédiats

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

I accept that my given data and my IP address is sent to a server in the USA only for the purpose of spam prevention through the Akismet program.More information on Akismet and GDPR.