Face à des étés de plus en plus secs et au climat global qui se réchauffe, mais aussi pour répondre aux préoccupations environnementales actuelles, il est bien de proposer à vos clients des plantes pérennes. Celles-ci, plus rustiques, demandent un apport moindre en eau une fois qu’elles sont bien implantées et végétalisent alors de façon durable le jardin de vos clients.

Utiliser des plantes pérennes permet d’installer un jardin durable auto-suffisant. Les jardins secs utilisent ainsi ces plantes, telles que des valérianes, stipas, Leucanthemum… qui demandent peu d’eau et peu d’entretien.

Les plantes pérennes sont aujourd’hui de plus en plus utilisées car elles présentent de multiples avantages. Choisies bien sûr pour leur adaptation au climat local, comme toutes les autres plantes, elles sont une solution avantageuse en termes d’économie d’eau, les arrêtés préfectoraux d’arrosage étant de plus en plus fréquents, même à l’automne ou au printemps. Elles sont également souvent mellifères et constituent alors une source de nourriture pour les insectes pollinisateurs, vecteur de biodiversité. Autre intérêt, et pas des moindres : elles nécessitent beaucoup moins d’entretien que des espèces ayant besoin d’être taillées ou nettoyées souvent. Cet avantage est à mettre en avant lorsque vos clients désirent eux-mêmes entretenir leur jardin, sans avoir à y passer une journée tous les week-ends. La large palette de plantes pérennes disponibles permet de jouer sur les associations et de valoriser l’aspect changeant des végétaux selon les saisons (feuillages, floraisons, écorces…).

 

Une large palette disponible

Quand on parle de plantes pérennes, on exclut d’abord toutes les plantes annuelles, au cycle court et qui nécessitent des apports en eau, engrais et autres intrants réguliers. Les arbustes, vivaces et graminées, sont ainsi les acteurs phares de cette classe de plante. Elle se définit, par ailleurs, par rapport au contexte : un olivier en Champagne ou une salicaire dans un jardin sec vont demander des opérations spéciales pour survivre dans des situations non appropriées (bâchage de l’olivier, arrosage conséquent pour la salicaire…). Ainsi, il est bien de s’inspirer des paysages naturels environnant le jardin de votre client, afin de voir ce qui s’adapte au mieux aux conditions locales. Cependant, il existe des valeurs sûres qui se plaisent quasiment dans toutes les conditions, sauf très particulières, et qui raviront l’œil sans nécessiter d’arrosage et d’entretien importants.

 

Pour des espaces peu accessibles, comme un talus ou un enrochement, le Thymus ciliatus est particulièrement adapté en couvrant vite l’espace et en limitant le désherbage.

Des plantes couvre-sols inratables

Pour occuper rapidement et de façon durable un espace et limiter le désherbage, ces quelques couvre-sols fleuris sont des valeurs sûres : Achillea chrithmifolia, camomille romaine, céraiste, Frankenia laevis, géranium sanguin ‘Blushing Turtle’, Hernaria glabra, Hypericum cerastioides et H. olympicum, Matricaria Tchihatchewii, orpin de Kamtchatka, Saponaria ocymoides, Sedum x hybridum ‘Winter Green’ et Thymus ciliatus, hirsutus, longicaulis et praecox ‘Albiflorus’. Ils s’adaptent à des sols pauvres, chauds et secs, et peuvent donc être utilisés pour réaliser un jardin sec, voire de rocaille.

 

Le géranium vivace sanguin ‘Blushing Turtle’, très florifère, s’adapte à des sols pauvres, chauds et secs.

Des vivaces florifères pour situation ensoleillée…

  • Agastaches : ce sont des valeurs sûres au caractère odorant et aromatique. Agastache ‘Kudos Ambrosia’® (floraisons rose et saumon) et ‘Kudos Silver Blue’ (bleu lavande) fleurissent en de nombreux épis serrés (H : 0,5 m).
  • Anémones de Japon : ce sont les stars des scènes de fin d’été (floraison d’août à novembre). La variété naine Anemone hupehensis ‘Pocahontas’® (H : 0,5 m) offre une jolie silhouette au port compact.
  • Coreopsis : longue et abondante floraison. Des variétés résistantes au froid existent : Coreopsis ‘Redshift’ (corolle bicolore blanc crème à cœur rose pourpré), C. ‘Star Cluster’ ou encore C. ‘Full Moon’ (jaune pâle) (H : 0,5 à 0,7 m).
  • Leucanthemum : la variété ‘Sunshine Peach’ (H : 0,3 m) est pourvue de jolies fleurs jaune-crème à centre pourpre et aux pétales échancrés (variété plus haute : L. superbum ‘Becky’ ; H : 0,9 m). Pour plus de vigueur et floribondité, diviser les pieds tous les 2 à 3 ans.
  • Linaria ‘Peachy’ : très résistante à la sécheresse, port étroit, feuillage gris bleuté et fleurs élancées qui lui confèrent une belle dynamique.
  • Monardes : jolies floraisons généreuses. Les variétés ‘Bee free’, ‘Bee happy’ ou ‘Bee Lieve’, insensibles à l’oïdium, ont un port plus compact.
  • Pycnanthemum : les espèces flexuosum ou pilosum (H : 0,6 m) sont très intéressantes : la seconde offre une floraison blanche qui créé un beau contraste avec le revers des pétales bleuté se détachant du feuillage vert foncé. Elles sont mellifères et dégagent une odeur suave.

D’autres espèces ‘inratables’ se plaisent en situation ensoleillée et dans des sols très secs comme Artemisia, les santolines, Centaurea bella, Thymus nitens, Phyla nodiflora var. canescens, Achillea odorata

 

Pour les coins d’ombre, Tiarella ‘Morning Star’ s’adapte parfaitement et offre une floraison précoce abondante et lumineuse blanc crème (mars à juin).

… et pour des situations ombragées

  • Brunnera : plantes tapissantes, vigoureuses et rustiques, qui supportent le sec. Pailler les pieds pour garder le sol frais.
  • Heuchères : peu exigeantes et longues floraisons de mai à septembre. Elles offrent une diversité de coloris de feuillages (verts, brillants, foncés, rouges, pourpres…) et supportent bien le sec, même si elles préfèrent un sol frais.
  • Omphalodes verna : couvre-sol idéal pour l’ombre, très florifère (H : 0,2 m). Petit coussin qui se couvre de petites fleurs bleu céleste.
  • Tiarella : caractère très couvrant et parfaitement adapté pour les ambiances de sous-bois. Feuillage persistant avec belle coloration rougeâtre à l’automne.

Voici donc de nombreuses espèces qui permettent de végétaliser le jardin de vos clients de façon durable. Les graminées sont également des plantes pérennes, d’autant plus qu’elles habillent les décors d’hiver. La plupart d’entre elles supportent bien la sécheresse. Les arbustes font bien sûr partie du lot et il est important de les choisir pour les divers intérêts qu’ils offrent au fil des saisons (fruits, floraisons, feuillages, rameaux…) afin de proposer à vos clients, mais aussi aux insectes et aux oiseaux, une plus-value continuelle.

 

S’abonner au magazine Profession Paysagiste

 

 

Des plantes pérennes pour des jardins durables

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *