Pour favoriser la reprise des arbres, une fertilisation juste et raisonnée est nécessaire pour que l’arbre puisse surmonter la transplantation et s’ancrer mieux dans le sol, en favorisant le développement racinaire.
A la plantation et durant les deux années suivantes, la fertilisation des arbres permet ainsi de contrebalancer un fonctionnement moins “naturel” que celui d’un sol en forêt. Conseils pour une fertilisation raisonnée.

Avec des étés de plus en plus secs et chauds, les maîtres d’ouvrage publics ou privés, tels que vos clients particuliers, plébiscitent largement la plantation d’arbres dans leurs jardins. Et ils auraient tort de s’en priver car, comme le rappelle Reforest’Action, entreprise à vocation sociale spécialiste de la reforestation en France et dans le monde, “les arbres sont de vrais climatiseurs naturels. Idéalement enracinés, ils peuvent localement réduire l’air de 2 à 8°C”. Planter des arbres oui, mais dans de bonnes conditions. En effet, il est assez courant de voir des sujets mal en point, dégarnis, bancals ou couchés dès les premiers coups de vent. Pour assurer une bonne reprise, surtout chez vos clients qui demandent souvent des sujets déjà bien développés, la bonne fertilisation des sols est une des conditions nécessaires : elle favorise un bon enracinement de l’arbre, gage d’un bon ancrage et d’une plantation durable !

Fertiliser à la plantation pour un bon ancrage
Comme l’explique Morgane Bernard, chef de produit engrais chez BHS, “la transplantation d’un arbre est une opération délicate, inhabituelle pour un arbre et qui constitue donc un ‘traumatisme’. La fertilisation est alors nécessaire à la reprise après transplantation : elle renforce et favorise le développement du système racinaire pour que l’arbre s’ancre bien dans le sol ou dans son support de culture” ajoute Morgane Bernard. Ce bon ancrage est nécessaire pour éviter tout risque de chute d’un arbre, notamment lors des tempêtes, celles-ci étant vouées à se multiplier avec le changement climatique. La fertilisation est alors gage d’une bonne tenue de l’arbre bien qu’elle ne soit, bien entendu, pas le seul critère de réussite (travail de la fosse, choix d’espèce en adéquation avec le volume aérien et souterrain disponibles, arrosage qui favorise le développement des racines vers l’extérieur de la motte).
La fertilisation, qui peut s’effectuer par apport d’engrais organiques (NF U42-001/A2), d’engrais organo-minéraux (NF U42-001 ou NF U42-002-1) ou encore d’amendements organiques (norme NF U44-051), permet également de reconstituer une terre plus fertile, à la structure et à la texture stable, à partir d’un sol en place, après analyse de sol pour des apports adaptés à l’état de santé pédologique de la terre en place.

 

Les besoins à la plantation
A la plantation, l’arbre a donc besoin d’aide pour développer son système racinaire.“Il a besoin essentiellement d’engrais riches en phosphore et en potasse, qui renforcent les racines sans les brûler, soit typiquement une fumure de fond” précise Morgane Bernard, qui poursuit : “l’engrais ou l’amendement est mélangé au substrat dans la fosse de plantation, la dose dépendant de plusieurs paramètres qui sont, entres autres, le type d’engrais, la taille et l’âge du sujet, l’espèce transplantée et l’époque de l’année. Nous proposons ainsi l’amendement organique Activie BT (NPK 4-3-2) à base d’intrants 100 % végétaux (farines de soja, pulpes de raisin, phosphate naturel, extraits de vinasse et coques de cacao), avec un très bon taux d’humus produit. Il favorise la vie du sol, ce qui permet de le restructurer en vue du développement racinaire. Il se présente sous forme de miettes (2-4 mm) pour une bonne incorporation au substrat, ainsi qu’une répartition homogène”.

De son côté, la société Compo Expert propose le Karisol®, amendement également 100 % végétal composé principalement de tourteau de karité (60 %), de coques de cacao et de compost végétal certifié, et labellisé ‘Produit Naturel’ (Qualité France et UPJ) utilisable en UAB. “En proposant un rendement en humus très élevé, il possède de hautes performances agronomiques pour la plantation d’arbres. La quantité à apporter à la plantation dépend de l’analyse de sol. L’utilisation d’amendement organique favorise également l’économie circulaire, avec l’utilisation de matières compostées et recyclées d’origine contrôlée, répondant ainsi aux objectifs de respect de l’environnement” explique Stéphane Grolleau, chef de marché chez Compo Expert.

Fertiliser durant les 2 années suivantes
Une fois l’arbre bien implanté, plus besoin de fertiliser, “excepté en cas de blessure, maladie ou autre choc. Mais, durant les deux années suivant la plantation, il est conseillé de fertiliser une fois par an le substrat afin d’assurer sa bonne implantation en pleine terre. La fertilisation s’effectue alors par un apport liquide ou de granulés de type Activie BT. Par contre, pour les plantations en bac, la fertilisation est conseillée durant toute la vie de l’arbre et, cela, une à deux fois par an en granulés et /ou en ferti-irrigation pendant la croissance végétative (du printemps à l’automne)” relate la chef de produit engrais de BHS.

Amendements enrichis de biostimulants
Pour optimiser la reprise des arbres, certains amendements sont inoculés de levures et de bactéries. Marc Ribeyron, d’ICL Specialty Fertilizers, témoigne: “l’amendement Vitalnova Energyl (classé UAB), sous forme de granulés à mélanger au substrat (3 kg/m3) ou à épandre en surface (30 g/m2), est composé d’un support à base de calcaire, dolomie et gypse. Sont ajoutées les bactéries Bacillus amyloliquefaciens IT 45 (AMM n°1100014) qui colonisent les racines, stimulent la production de radicelles et solubilisent en même temps le phosphore qui est alors bio-disponible pour l’arbre, lui permettant de bien s’ancrer. Les levures LYCC6420 Saccharomyces cerevisiae (AMM n°1100009), aussi comprises dans le mélange, vont stimuler la vie du sol et améliorer ainsi le processus de minéralisation et d’humification de la matière organique, alors disponible pour l’arbre”.

Une nouvelle formulation existe, également à base de mycorhizes (Glomus intraradices) et d’une bactérie fixatrice d’azote du sol, Azospirillum sp., pour une baisse sensible des apports d’azote de l’ordre de 20 %. “C’est une nouveauté 2019 chez Koppert France : ce biostimulant est le seul produit à être homologué (AMM n°1171275) sur ce mélange de micro-organismes. Appelé Vicy Myco+, ce produit, incorporé au substrat lors de la plantation à raison de 350 g/arbre, permet à la fois à l’arbre d’étendre sa zone d’influence dans le sol (et donc d’avoir un meilleur accès à l’eau, au phosphore et aux oligo-éléments), mais aussi de rendre l’azote de l’air et du sol assimilable par ses racines. Ainsi, il permet une meilleure reprise à la plantation et une meilleure résistance aux stress environnementaux (sécheresse, salinité, attaques pathogènes), tout en limitant l’apport d’intrants” précise Thibault Crance, responsable activités Espaces Verts & Jardin Amateur de Koppert.

Ainsi, de multiples solutions existent pour offrir aux arbres des conditions optimales de croissance, aussi bien dans le jardin de votre client, que pour des projets urbains privés ou publics. Si vous voulez planter, surtout n’oubliez pas de le faire bien !

Fertilisation des arbres pour une reprise assurée !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *