Les jardins comestibles, mêlant esthétisme et utilité, font l’objet d’une demande croissante de la part des particuliers souhaitant cultiver leurs propres fruits, légumes et aromatiques. A vous de leur proposer des solutions pour créer un espace potager original et productif !

Faire pousser ses propres légumes constitue pour vos clients l’assurance de savoir de quoi se compose leur assiette et dans quelles conditions les fruits et légumes qu’ils consomment ont été produits. A vous de leur donner les clés pour une production réussie ! Petits ou grands jardins peuvent chacun accueillir un espace dédié au potager.

Mais au-delà des potagers traditionnels qui rassemblent légumes, plantes aromatiques et petits fruits dans des rangs bien ordonnés, il est possible de mélanger végétaux comestibles et d’ornement pour créer des massifs esthétiques et dynamiques évoluant au fil des saisons. Il existe ainsi diverses espèces de fleurs comestibles (bourrache, capucine, souci, rosier…), de quoi agrémenter les massifs et les assiettes d’une floraison colorée. D’autant plus que cela permet de favoriser la biodiversité et d’attirer les pollinisateurs qui féconderont fruits et légumes, par exemple, avec des plantes mellifères (sauge, origan, lavande…).

Certaines associations végétales se révèlent, de plus, être mutuellement bénéfiques, telles que la ciboulette et le rosier, la bourrache et le fraisier ou les tomates et le basilic. Autre exemple : la culture des trois sœurs. Pratiquée historiquement en Amérique Centrale, elle associe maïs, haricots et courges : le maïs sert de support aux haricots grimpants qui offrent de l’ombre aux courges faisant office de couvre-sol et limitant la pousse des adventices.

Le carré surélevé, l’incontournable du potager !
Installer des carrés potagers surélevés permet, d’une part, d’améliorer le confort de vos clients lorsqu’ils jardinent et, d’autre part, de s’assurer de la bonne qualité du support de culture avec une terre riche en matière organique. D’un point de vue pratique, mieux vaut les disposer à proximité d’un point d’eau et privilégier une exposition ensoleillée pour le bon développement des végétaux. Pour garantir la durabilité de l’ouvrage, la pose d’un géotextile ou d’une membrane d’étanchéité permet d’éviter tout contact entre la terre et le bois. Des plantations pérennes d’aromates, telles que ciboulettes, menthes, sauges et thyms permettront de structurer les carrés potagers. Afin d’apporter une touche d’originalité, vous pouvez y implanter des espèces, aux goûts ou odeurs surprenantes, tels que la Mertensia maritima (petite vivace rampante, elle se caractérise par des feuilles au goût iodé rappelant celui de l’huître) ou la Salvia elegans ‘Golden Delicious’ (au feuillage vert doré dégageant un parfum rappelant celui de l’ananas). Pour faciliter l’entretien futur, pensez aux légumes vivaces qui restent en place d’une année à l’autre, tels que la rhubarbe, le cardon, le poireau perpétuel ou la livèche. Un paillage est, de plus, indispensable (paille, feuilles mortes ou déchets de tonte) pour conserver l’humidité dans le sol et apporter de la matière organique.

Des haies gourmandes
Pour joindre l’utile à l’agréable, proposez à vos clients de planter une haie d’arbustes aux fruits comestibles ! En plus de limiter les vis-à-vis et structurer le jardin, elle leur apportera de quoi grignoter au fil des saisons et servira de refuge à la faune locale (oiseaux, écureuils ou hérissons…). Mélangez les essences pour favoriser la biodiversité, par exemple avec des :

Amelanchier : arbuste à la croissance rapide, il présente un feuillage pourpre à orangé en automne. Sa floraison blanche en avril se transforme en de petites baies sucrées (H : 2 à 8 m) ;

Arbutus unedo : petit arbre persistant, communément rencontré dans le sud de le France et sur le littoral atlantique, l’arbousier se couvre de baies rouges, décoratives et comestibles, à l’automne. A noter que les fruits mettent une année à mûrir (H : 3 à 6 m) ;

Aronia : cet arbuste au port compact et aux fleurs mellifères produit de petites baies noires, mûres à la fin de l’été. (H : 1,5 à 3 m) ;

Chaenomeles speciosa : le cognassier du Japon produit une floraison colorée entre février et avril, qui se poursuit avec des fruits comestibles, une fois cuits  (H : 0,50 à 1 m) ;

Hippophae rhamnoides : à ne pas confondre avec l’arbousier, l’argousier est un arbuste épineux, idéal en haie. Dioïque, il ne produit des fruits que sur les pieds femelles, dès le mois de septembre (H : 3 à 4 m) ;

Mespilus germanica : le néflier est une espèce fruitière peu exigeante dont les fruits sont récoltés après les premières gelées (H : 3 à 6 m) ;

Sambucus nigra : le sureau noir, exposé au soleil ou à la mi-ombre, produit de petites baies noires, utilisées en jus, sirops et desserts après cuisson. ‘Black Lace’ offre un feuillage très découpé et presque noir, alors que ‘Aurea’ présente un feuillage vert doré (H : 3 à 6 m).

Vous pouvez associer différentes hauteurs, en optant au premier plan pour des arbustes à petits fruits : framboisiers, cassissiers, mûriers et groseilliers à grappes ou à maquereaux. Des variétés d’arbres fruitiers :
pommiers, poiriers, cerisiers, pêchers, vignes … complètent cette palette végétale et peuvent habiller les jardins sous formes palissées. A noter que la plantation des arbres et arbustes fruitiers a généralement lieu à l’automne pour optimiser la reprise et le bon développement racinaire. Comme dit le diction : “A la sainte Catherine, tout bois prend racine !”

 

Plantez des jardins gourmands pour vos clients !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *