3« Il peut arriver que nous soyons contraints de limiter nos activités quelques jours en janvier ou février à cause d’un épisode neigeux, mais nous continuons cependant à effectuer des travaux de maçonnerie paysagère, de pose de clôtures… »

Philippe Clarac, gérant de Clarac Espaces Verts

Presque autant que l’agriculteur, le paysagiste a les yeux rivés au ciel. En hiver, l’organisation des tâches dépend davantage du temps. Comment l’entreprise Clarac Espaces Verts s’organise-t-elle ? Philippe Clarac ferme deux semaines à Noël. « Nos salariés prennent une semaine de RTT et l’autre en CP, ce qui leur permet de faire une bonne coupure en famille le temps de Noël », détaille le paysagiste. Une trêve bienvenue après le pic d’activités de novembre lié aux opérations de plantation, de regarnissage de gazons, de la gestion des garanties de reprise…

Mais hormis de sévères périodes de gel, de plus en plus rares, l’entreprise n’observe pratiquement pas d’arrêts. « Il peut arriver que nous soyons contraint de limiter nos activités quelques jours en janvier ou février à cause d’un épisode neigeux, mais nous continuons cependant à effectuer des travaux de maçonnerie paysagère, de pose de clôtures… ».

Les fortes précipitations intervenues début novembre ont forcé l’entreprise à reporter ses travaux sur un de ses chantiers au CHU Purpan à Toulouse. La terre étant trop grasse, il a fallu attendre qu’elle s’assèche…

Les périodes automnale et hivernale sont aussi celles des contrats d’entretien pour les collectivités, notamment pour les opérations de nettoyage des sous-bois, de l’abattage d’arbres ou encore de l’élagage. La taille est tout de même facilitée en période morte, quand les feuilles sont au sol. « Nous profitons aussi de cette période pour curer les étangs. Nous nettoyons les berges avec des mini-pelles pour faciliter l’écoulement de l’eau ».

« Mieux vaut tenir une certaine régularité dans nos contrats d’entretien, car dès que nous arrivons en mars avril, la saison reprend de plus belle chez les particuliers et ça pousse si vite qu’il nous faut être réactifs », conclut Philippe Clarac.

La phrase d’actu… de Philippe Clarac

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

I accept that my given data and my IP address is sent to a server in the USA only for the purpose of spam prevention through the Akismet program.More information on Akismet and GDPR.