60-alain griset« Nous avons subi une double peine avec la crise : celle de la baisse d’activité et celle d’une concurrence déloyale »,

Alain Griset, président de la Chambre des Métiers et de l’Artisanat lors d’une table ronde organisée mercredi 22 mai par la Commission des affaires économiques de l’Assemblée, sur la réforme du statut d’auto-entrepreneur

Si initialement François Hollande avait promis une réforme en profondeur du régime des auto-entrepreneurs, finalement le gouvernement Ayrault ne promet plus que de petits aménagements.

Ce statut, fortement décrié par les chefs d’entreprise, considéré comme une véritable « concurrence déloyale » ou encore comme une « légalisation du travail au noir » devait, à l’origine, contribuer à la création d’entreprises pérennes. Cependant, d’après Philippe Laffon et Pierre Deprost, auteurs d’un rapport rendu en avril dernier par l’Inspection générale des finances et des affaires sociales, moins de 10 000 auto-entrepreneurs ont réussi à « sortir du régime par le haut ».

Chacun dans son secteur estime que ce statut est un frein à la création de véritables entreprises et un coup de poignard pour celle existantes : « Nous avons subi une double peine avec la crise : celle de la baisse d’activité et celle d’une concurrence déloyale », insiste Alain Griset, le président de la Chambre des Métiers et de l’Artisanat.

Si le statut n’est en théorie pas autorisé dans le monde du paysage, on en retrouve toutefois en nombre. Comme alertait Emmanuel Mony lors du Congrès de l’Unep « ce statut qui permet l’improvisation dans notre métier, le dégrade, tout en cassant les prix ».

La phrase… d’Alain Griset

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

I accept that my given data and my IP address is sent to a server in the USA only for the purpose of spam prevention through the Akismet program.More information on Akismet and GDPR.