Entrée en vigueur le 1er octobre 2013, la nouvelle réglementation relative à l’application de produits phytopharmaceutiques impose aux prestataires de services une certification de leur activité et la formation de tous les applicateurs. Les premiers retours, quelques mois après l’entrée en vigueur de la réglementation, font état d’une démarche fastidieuse pour les entreprises mais le dispositif commence à être mieux intégré par ces dernières.

La démarche est assez lourde pour les entreprises, comme le confirme Régis Capart, cogérant de l’entreprise Environnement 2000 +,  « Il s’agit de mettre en place une organisation documentaire assez lourde ». Avant d’ajouter, « l’Unep a mis à notre disposition des outils comme, par exemple, des fiches de chantiers type qui nous ont bien aidés. Une fois ce travail de préparation réalisé, l’audit s’est très bien passé et nous n’avons eu que quelques non conformités mineures à lever ». De son côté, Laurent Le Meut, chargé d’affaires à Bureau Véritas, organisme de certification, constate : « au fil des mois, les audits comme le suivi des dossiers se passent de mieux en mieux et le dispositif de la certification est maintenant bien compris. »

Attention, pour les entreprises qui ne se sont pas encore lancées dans la démarche, l’application de produits phytopharmaceutiques est une activité illégale et risquée.

Le point sur la nouvelle réglementation phyto

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

I accept that my given data and my IP address is sent to a server in the USA only for the purpose of spam prevention through the Akismet program.More information on Akismet and GDPR.