Avis aux paysagistes qui souhaitent cloisonner une propriété tout en proposant des jeux de lumière subtils à travers les éléments d’occultation : les panneaux à claire-voie sont la solution. Et au regard de l’offre des fabricants, des tendances s’affichent : le bois s’anoblit davantage, plus chaleureux que jamais, l’aluminium découpé arrive en force et bouscule les codes, les panneaux version ‘store’ (lames horizontales inclinées à plus ou moins 45°) gagnent du terrain, la clientèle plébiscite le sur-mesure…
Bref, soyez clairvoyants sur les modèles actuels !

Pour laisser entrer la lumière de manière subtile, les persiennes en pin classe 4 (ici le modèle ‘Cancale’ de Piveteau Bois posé sur un muret) sont de plus en plus demandées par la clientèle. Elles véhiculent une certaine convivialité et donnent moins la sensation d’un cloisonnement intégral.
©Piveteau Bois

Existe-il une solution d’occultation capable de cloisonner un jardin sans être un obstacle pour la lumière ? Réponse : oui, tout du moins pour tous les paysagistes qui proposent en premier choix le tandem ‘barrière-haie arbustive en mélange’. Seulement voilà, ce duo reste un peu trop classique au goût de la clientèle, qui souhaite davantage se démarquer et affirmer une certaine identité au jardin. Ils veulent ce qu’il ne se fait pas chez le voisin ! Sur ce constat, l’option ‘panneaux’ est souvent envisagée, aussi bien par les professionnels que les clients. Un bon choix, car l’offre est importante, de qualité, et visuellement très esthétique. De plus, les modèles sont nombreux et répondent à toutes les attentes, que ce soit en matière de coloris, de matériaux, de finitions… Seul problème, si infime soit-il, les panneaux pleins donnent la sensation aux clients qu’ils sont littéralement enfermés dans leur jardin, ce qui peut être leur souhait principal, dans ce cas il n’y a aucun problème, mais que faut-il leur proposer lorsqu’ils veulent un jardin certes cloisonné, intime, mais avec des délimitations plus ‘légères’, qui ne coupent pas complètement les perspectives ? Unique solution : délimiter le jardin (ou les abords d’une piscine, d’une terrasse…) avec des panneaux à claire-voie qui, comme leur nom l’indique, laissent entrer la lumière…

Point fort du modèle ‘Stora’ de Collstrop : la finition esthétique, visible sur les deux côtés du panneau. De plus, chaque élément en bois est quasiment sans nœuds.
©Collstrop
Choisir un modèle…

Lames verticales, horizontales, inclinées, façon ‘persiennes’… Le paysagiste doit d’abord sélectionner un modèle avec un design attrayant, histoire de bluffer la clientèle au premier coup d’œil. Au regard du marché, les persiennes ont aujourd’hui la cote, les clients souhaitant que leur jardin soit le prolongement de l’espace intérieur, et les persiennes, autrement dit ces fameux ‘stores’ rigides, répondent à cette tendance. Elles apportent de la chaleur et ont un caractère de type ‘salon privé’, très intéressant à développer au jardin, notamment en présence d’un mobilier adapté. Après, tout dépend du jardin en question et de son contexte d’implantation. En fonction des perspectives du voisinage sur le jardin (et vice-versa), il est possible d’opter pour des panneaux dotés d’un soubassement occultant, et laisser la lumière entrer en partie haute avec des ajourages. Autre idée, lancée par la société Piveteau Bois : “occulter aux endroits du jardin les plus exposés au voisinage, et créer sur le même linéaire des zones plus intimes, plus ouvertes, avec des solutions à claire-voie. Nous sommes capables de fournir tous ces éléments”. Ou bien encore, disposer des panneaux à claire-voie sur des murets de séparation. Les possibilités sont multiples. Point de vigilance malgré tout : selon les chantiers, vérifiez que les panneaux à claire-voie sélectionnés soient ‘esthétiques’ des deux côtés !

… et un matériau
Les panneaux à claire-voie permettent une délimitation plus discrète, plus légère qu’un panneau plein. Ils permettent de s’isoler sans pour autant couper complètement la vue. Esthétiquement, ils se fondent très bien dans le paysage !
©Piveteau Bois

Les paysagistes ont le choix entre deux matériaux de prédilection. En premier lieu, bien évidemment, le bois. “Contrairement aux idées reçues, il ne nécessite pas d’entretien, sauf si l’on souhaite qu’il conserve une teinte particulière. Il vieillit souvent bien mieux en extérieur que certains matériaux modernes, qui se tâchent, se déforment sous l’action des UV et des intempéries. Le bois est parfaitement adapté à un usage extérieur !” affirme Piveteau Bois. Et Ludovic Pelczar, délégué commercial chez Collstrop, de préciser  : “il faut juste accepter qu’il se grise avec le temps. Mais il est tout à fait possible de lasurer ou peindre le bois avec des produits adaptés”. En rappel, un bois de classe 3 est exigé pour un usage extérieur (sans que le bois touche le sol). Cependant, étant donné que le bois est bien souvent en contact direct avec le sol, les fabricants conseillent d’utiliser des bois de classe 4, surtout pour les éléments de soubassement. Essence majeure dans la composition des panneaux, le pin permet d’atteindre ce classement après imprégnation autoclave. Avec cette protection, la garantie est d’au moins 15 ans ! Dernier point : “privilégiez le pin à l’épicéa, beaucoup plus durable, et s’assurer de la qualité du traitement (label CTB-B+ à exiger)” précise Ludovic Pelczar.

Autre matériau : le métal, plus particulièrement l’aluminium. “L’aluminium est découpé au laser et thermolaqué. Il demande très peu d’entretien et apporte de la couleur au jardin en raison des teintes proposées. De plus, les produits sont légers” indique Sabrina Brand de Brand Conception.

Le modèle ‘Pinus’, proposé par Brand Conception, est un panneau à claire voie verticale. Il rappelle les clôtures bois, mais avec tous les avantages d’une clôture en aluminium thermolaqué.
©Brand Conception
Installation

Concernant la pose des panneaux à claire-voie en aluminium, “nous proposons deux types de poteaux porteurs : les poteaux à sceller dans du béton, et des poteaux avec platine soudée pour une pose sur une dalle béton ou sur un muret. Une fois les poteaux en place, les panneaux se fixent par simple vissage entre les poteaux” précise Sabrina Brand. Du côté des éléments en bois, la pose est identique à celle des panneaux pleins traditionnels. “Ils sont à sceller ou à poser sur des platines tubulaires avec des tiges filetées scellées chimiquement” indique Piveteau Bois. Ludovic Pelczar préconise toutefois de poser les panneaux scellés directement dans le sol. Et pour une pose sur muret, “le point faible sera la liaison entre le muret et le poteau. Attention donc à tenir compte du poids et de la hauteur du panneau pour adapter la fixation (profondeur, quincaillerie…)”. Voilà, vous avez toutes les clés en main pour installer de magnifiques panneaux à claire-voie dans les jardins de vos clients. Ils seront à coup sûr ravis du résultat !

A retenir
Les persiennes sont de plus en plus demandées ; Les panneaux à claire-voie sont modulaires  : partie haute ajourée ou non, partie basse occultante… ; Le bois (principalement le pin classe 4) et l’aluminium sont les matériaux les plus utilisés ; Les panneaux à claire-voie doivent être esthétiques des deux côtés ; La pose des panneaux est identique à celle des panneaux pleins.

 

S’abonner