Une piscine à débordement se caractérise par le débordement d’une lame d’eau sur un ou plusieurs côtés de la piscine. Lorsque le débordement a lieu sur tout le périmètre de la piscine, on parle d’une piscine miroir dans laquelle se reflète le paysage environnant.

La réalisation d’une piscine à débordement, notamment dans un terrain en pente, permet d’obtenir un résultat esthétique incomparable, avec une vue dégagée sur le paysage avoisinant. “Ce type de piscine permet d’avoir une ligne d’eau très haute et de supprimer les skimmers, ce qui donne à la piscine une esthétique unique. Avec un débordement, il est possible de se baigner tout en profitant de la vue”, indique David Moreau, responsable communication de l’esprit piscine. “De la même façon, une piscine à débordement miroir, c’est-à-dire qui déborde sur l’ensemble de sa périphérie, permet d’intégrer parfaitement la piscine sur une terrasse notamment à proximité de la maison. L’eau passe alors au-dessus des margelles et la ligne d’eau disparaît”, explique Yann Aquilina, président de AB Pool. D’autre part, l’écrémage régulier de la surface de l’eau permet d’évacuer tous les éléments (feuilles, insectes…) qui flottent à la surface vers le système de filtration, ce qui améliore la qualité de l’eau. Néanmoins, les piscines à débordement s’avèrent plus coûteuses du fait de la construction d’un bac tampon. “De plus, la chute d’eau du débordement occasionne une disparition du CO2, il est donc nécessaire d’appliquer une correction du TAC et pH plus régulière que pour une piscine classique”, souligne Flore-Anne Roncin, responsable marketing et communication de Mondial Piscine. La déperdition de chaleur et donc les dépenses énergétiques peuvent être plus importantes en présence d’un débordement avec une grande chute d’eau.

Fonctionnement
Dans une piscine traditionnelle, l’eau est aspirée par les skimmers jusqu’au système de filtration, puis est réinjectée dans le bassin par des buses de refoulement. Dans le cas d’une piscine à débordement, l’eau de surface déborde sur un ou plusieurs côtés du bassin dans une goulotte de débordement ou directement dans le bac tampon. “Généralement de dimensions 20 x 20 cm, une goulotte de débordement est recouverte de grilles. Le nombre d’évacuations de la goulotte est déterminé en fonction du débit”, indique Paul Domingos, responsable technique Fluidra France. La goulotte permet de collecter et conduire l’eau vers le bac tampon lorsque le débordement n’est pas apparent sous forme de cascade. Le bac tampon sert de bassin intermédiaire et va compenser toutes les variations de niveau d’eau de la piscine (évaporation, baigneurs…). L’installation d’un régulateur ou de sondes de niveau d’eau dans le bac tampon est essentielle pour régler automatiquement le niveau d’eau. L’eau est aspirée dans le bac tampon par le groupe de filtration, puis est refoulée dans le bassin, après avoir été filtrée et désinfectée. “Cet ajout d’eau permet de faire monter le niveau et crée un débordement aux points les plus bas : sur un des côtés pour une piscine à débordement ou sur l’ensemble de la périphérie du bassin pour une piscine miroir. C’est le débit global du groupe de filtration qui permet d’avoir une lame d’eau débordante plus ou moins importante. Plus il est important, plus la hauteur de la lame d’eau qui s’écoule est importante. Nous conseillons de créer une lame d’eau de minimum 5 mm. Pour cela, il convient d’utiliser un débit d’environ 3 m3/h et par ml de débordement pour une piscine à débordement et 2 m3/h et par ml de débordement pour une piscine miroir”, explique Yann Aquilina. “La circulation de l’eau est induite par la pompe de la filtration. Selon les besoins, elle peut être complétée par une pompe supplémentaire dite de gavage”, ajoute David Moreau.
Les pompes de gavage permettent d’accroître le débit global du système de filtration, afin d’obtenir l’épaisseur de lame d’eau recherchée.

Mise en œuvre
Une piscine à débordement se construit de la même façon qu’une piscine classique : avec 4 murs et une dalle de fond. Il faut être très vigilant sur la régularité du niveau du mur de débordement, pour que l’effet créé soit uniforme sur toute la longueur. “Nous appliquons une tolérance maximale de 5 mm sur la régularité du niveau, pour créer un débordement uniforme. De plus, le bac tampon et les goulottes doivent être correctement dimensionnés par rapport aux caractéristiques de la piscine (dimensions, débit pompe…)”, ajoute Yann Aquilina. Un bac tampon, réalisé en béton armé, est mis en place sur un ou plusieurs côtés de la piscine pour créer un débordement. Pour obtenir un effet cascade, avec un bac tampon visible en contrebas de la piscine, il est nécessaire d’implanter le bassin dans un terrain en pente. Dans le cas de la goulotte Isi-Miroir, fabriquée par AB Pool, la goulotte et le bac tampon ne forment qu’un seul élément modulaire. Ce système simplifiant la réalisation d’une piscine miroir est fixé sur l’arase du bassin, contre la paroi de la piscine avec une continuité entre l’étanchéité du bassin et de la goulotte. “A noter que les buses de refoulement sont généralement installées dans le fond du bassin, notamment pour les piscines miroirs”, ajoute Paul Domingos. Autre point important, le choix du revêtement ! “L’étanchéité d’une piscine à débordement ne peut pas être réalisée par un liner. Étant classiquement accroché en haut d’un mur, le liner, ne peut pas rendre étanche les 2 côtés d’un même mur”, souligne David Moreau. Raison pour laquelle, les membranes armées, carrelages et mosaïques sont privilégiés dans ce type de construction.

 

 

 

Comment réaliser une piscine à débordement ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *