Avec des disques de rognage de plus en plus performants, des pièces d’usure d’une dureté exceptionnelle, une puissance énorme déployée au niveau du rotor…, les rogneuses, appelées parfois dessoucheuses, viennent à bout de toutes les souches et des billots restants après des opérations d’abattage. Autotractées sur roues ou chenilles, fixées à l’arrière d’un tracteur ou sur le bras d’une pelle de 3 à 30 t, ces machines indispensables pour qui veut nettoyer très vite un terrain sans créer de fosses, sont pléthores sur le marché. Voici les références.

La performance des modèles les plus puissants est sans égale : en à peine six à huit minutes, les dents fixées sur un rotor puissant éliminent une souche de plus d’un mètre de diamètre. Record battu avec la lame de remblayage qui les équipe parfois, permettant d’incorporer le broyat grossier dans le sol et de niveler le terrain en un rien de temps. Vous l’aurez compris, ces machines au look agressif, reconnaissables grâce à leur bras articulé pointé d’un rotor denté, pulvérisent les souches à la chaîne, sans pour autant détériorer le sol, ni abîmer le paysage. Encore faut-il sélectionner le modèle qui saura répondre à tous les besoins. Car il est évident que des rogneuses de 13 à 250 cv, à voie variable, sur roues motrices ou chenilles… n’ont pas les mêmes performances. D’où l’intérêt pour les professionnels de connaître toutes les caractéristiques techniques de ces engins.

Dans tous les cas, rogner une souche permet d’éviter la propagation des champignons et des adventices, tout en offrant la possibilité de replanter ou de tondre correctement la surface nouvellement enherbée.

Critères distinctifs des rogneuses
La performance d’une rogneuse de souches dépend du disque de rognage, dont le diamètre moyen varie de 40 à 90 cm. Côté matériaux, tous ne se valent pas. Néanmoins, l’acier type ‘Hardox’ est un gage de qualité. D’épaisseur variable, le disque de rognage présente parfois des évidements, censés augmenter la vitesse du disque et limiter le foisonnement de matière broyée par les dents. Les dents… Composées généralement de carbure de tungstène pour des questions de résistance et de densité, elles sont au nombre de 12 à 48 sur le disque selon les modèles. Et plus les dents sont nombreuses, plus le broyat est fin et prêt à se décomposer rapidement dans le sol après remblayage. Leur taille est variable, sachez toutefois qu’avec une rogneuse compacte de 15 à 20 cv, des dents de 18 à 24 mm sont privilégiées. Certaines sont aussi démontables sur les porte-dents, parfois à deux faces, ce qui prolonge leur durée de vie.

Faciles à manœuvrer depuis un poste intégré ou une radiocommande, les rogneuses travaillent sans relâche, dans la limite de leur performance. En effet, ces machines se distinguent par une profondeur et une hauteur de rognage fixes. Par exemple, avec 215 cv sous le capot, certaines rogneuses éliminent la souche et ses racines en travaillant jusqu’à 75 cm de profondeur. Les plus solidement ancrées dans le sol n’y résistent pas !

A noter : l’amplitude maximale de travail est d’environ 250 cm. Concernant la hauteur de rognage, celle-ci est comprise entre
35 et 80 cm selon les modèles, de quoi détruire aisément une souche jusqu’au trait d’abattage du tronc.

Radiocommandées ou non ? Concernant les rogneuses, il y a les deux écoles. Cependant, il convient de noter que les modèles radiocommandés n’exposent pas les opérateurs aux vibrations de la machine, ni aux projections. La pression sonore est aussi plus faible. A entendre les fabricants et distributeurs, le rendement des machines radiocommandées est également plus élevé.

Rogneuses compactes…
D’une largeur minimale d’environ 75 cm, les rogneuses autonomes et compactes s’immiscent facilement dans les endroits exigus, là où les tracteurs et les mini-pelles n’ont pas toujours accès. Reconnaissables grâce à leur guidon placé dans l’axe du bras articulé, ces machines font l’unanimité lorsqu’il s’agit de travailler au cœur des parcs et jardins. Plusieurs fabricants proposent des rogneuses dites compactes. A commencer par l’entreprise Jo Beau, qui présente ici le modèle B37-110. Large de 74 cm, cette machine sur chenilles possède un disque de coupe ‘GrinDisc™’, avec
12 dents série 900 de Greenteeth, qui fournit une force centrifuge plus importante, ce qui entraîne de meilleurs résultats de fraisage et aide le moteur à développer la force nécessaire pour maintenir une vitesse constante. En fonction de la dureté de la souche, l’utilisateur choisit d’abaisser le disque de coupe automatiquement de 2,5 cm aussi bien à gauche qu’à droite. De plus, la B37-110 est équipée du moteur à essence bicylindre Vanguard EFI (injection électronique de carburant). L’injection de carburant contrôlée est ainsi liée à la charge du moteur. Cela offre de nombreux avantages :
plus de couple, meilleures performances sous charge, régime plus stable, 25 % de consommation d’essence en moins, meilleure combustion avec moins d’émissions, plus besoin de starter, moins de bruit, et aucun risque de fuite du carburateur pendant le transport.

D’autres fabricants proposent aussi des rogneuses compactes, à l’image de la société Solvert avec le modèle STX-26 de Toro. Animé par un moteur de 26 cv à démarrage électrique, cet outil autotracté sur chenilles possède un disque de rognage de 48 cm de diamètre, muni de 12 dents de 19 mm d’épaisseur. Sa fonction ‘Intelli-Sweep™’ règle la vitesse de balayage en fonction de la charge appliquée au rotor (les travaux difficiles ne font pas caler le moteur !). Sa tête de coupe déportée permet aussi d’avoir une visibilité parfaite sur le chantier et une rotation complète perpendiculaire à la machine. Par ailleurs, son fonctionnement 100 % hydraulique implique moins de frais de maintenance. Le profondeur de rognage de cette machine est de 31,7 cm.

Dernière référence : la rogneuse sur chenilles ZT1844 de Bandit. Avec une motorisation essence de 26 ou 38 cv et son balayage de 112 cm, cette rogneuses est une machine haute performance. La manœuvrabilité de la tête et la qualité de rognage sont optimisées grâce à un joystick à commande proportionnelle et à un poste déportable (de chaque côté de la machine). En option, la rogneuse de souche Bandit peut également fonctionner à l’aide d’une radiocommande : assurant ainsi confort et précision. Enfin grâce à son faible centre de gravité, la ZT1844 reste stable et efficace jusqu’à 17° d’inclinaison de côté et 25° de face : un atout sur terrains irréguliers.

… sur pelle et tracteur
L’ensemble pelle-rogneuse permet aussi de travailler dans des sites difficiles d’accès. L’entreprise Rabaud, qui propose aussi des rogneuses autonomes, présente une référence en la matière, la rogneuse Xylocrok 25PE. Adaptable sur les mini-pelles de 1,5 à 2,5 t, cette rogneuse de souches est dotée d’un disque de 440 mm de diamètre, composé de 12 dents “Greenteeth 900 Lopro”réversibles 3 fois, pour 3 fois plus de longévité. Pour offrir un maximum de confort, la Xylocrok 25PE est orientable dans l’axe, à droite ou à gauche. L’entraînement est réalisé par un moteur hydraulique sans drainage. De ce fait, il n’y a pas de surcoût à prévoir pour une ligne auxiliaire. Afin de fournir une restitution optimale de la puissance, le boîtier renvoi d’angle est pris directement sur le disque. Question sécurité, une bavette permet de contenir les projections, et les flexibles ‘pressions’ sont gainés. Lors du remisage, il suffit d’escamoter la béquille pour une stabilité complète de la rogneuse. Et pour tous ceux équipés d’une mini pelle ou d’une midi pelle de 4,5 à 8 t, Rabaud a la rogneuse qu’il faut : la Xylocrock 45PE.

Autre catégorie de rogneuses : celles adaptées sur la prise de force d’un tracteur de 45 à 90 cv. Exemple : le modèle Xylocrock 55T. Indirectement, avec un tracteur, la puissance de rognage est plus élevée, mais l’accessibilité dans les zones restreintes est limitée (sauf les terrains accidentés).

Les classiques
Importateur des rogneuses du fabricant historique Carlton, l’entreprise MGE Green Service envoie du bois (sans projections !)
avec un modèle phare de 35 cv sur chenille : la SP5014 TRX.
Ses dents épaisses en carbure fixées sur les supports de dents ultra-robustes et le disque en Hardox évidé (construit par Carlton, avec passage augmenté de matière) garantissent une capacité de coupe très élevée. Le rognage est donc très rapide avec un minimum de projections de copeaux. Les dents ‘Razor’ ont un large tranchant en carbure, limitant le foisonnement. La qualité du carbure et de son grain très fin et très dur réduit l’usure. Performances affichées :
88,9 cm de large avec les chenilles rentrées, 35,6 cm de profondeur de travail, 86,4 cm de hauteur de coupe…

De son côté, FSI Franskan mise notamment sur la rogneuse diesel D42, dotée de 4 RM. Véritable passe-partout, ce modèle de 42 cv à balayage hydraulique possède un disque de 570 mm de diamètre, équipé de 20 dents. Temps de coupe estimé pour venir à bout d’une souche de 400 mm de diamètre (de 15 cm en profondeur jusqu’à 15 cm en hauteur) : 4 min ! Comptez 20 min pour une souche de 105 mm. Notons toutefois que la machine est capable de rogner jusqu’à 850 mm au-dessus du sol, et 440 mm en profondeur. Son poste de commande intégré peut être utilisé pour engager/désengager le différentiel des roues, ainsi que l’ajustement de la vitesse et le mouvement de balayage. La machine peut être équipée de roues jumelées.

Saelen distribue la marque Rayco, notamment le modèle RG 45X-R. D’une largeur de 90 cm, ces rogneuses puissantes de 44 cv, sur roues ou chenilles, sont appréciées pour leur angle de balayage de 152 cm ainsi que la visibilité et la protection apportées par la station de commandes déportée, qui peut également être rabattue pour le transport. Les larges pneus et les 4RM apportent une excellente traction dans les conditions les plus difficiles. La lame de remblayage hydraulique assure un gain de temps sur la finition de chantier et apporte également un appui lors des travaux en pente. Cette machine existe aussi bien en version commandes manuelles que radiocommandée.

Tous ces modèles sont des références pour les professionnels. L’étude de leurs caractéristiques et des besoins propres à l’utilisateur permet de sélectionner la meilleure machine.

Trois questions à Ludovic Rodrigues, gérant de l’entreprise Rhône Élagage (69).

  • Sur quels critères sélectionnez-vous une rogneuse de souches ?
    La robustesse générale du produit et le service après-vente sont deux critères de sélection. Sur le plan technique, la largeur de la machine est très importante afin de s’immiscer au plus près des chantiers, surtout si on rogne aussi bien des petites que des grosses souches. Ma rogneuse SP 5014 Carlton de 35 cv, polyvalente, fait moins de 90 cm de large sans le jumelage, c’est donc suffisant pour passer un portillon. Pour ma part, je peux gruter un maximum d’une tonne, donc le rapport poids/puissance de la machine est également déterminant.
  • Comment bien attaquer une souche ?
    Il faut d’abord se référer aux caractéristiques de la machine.
    Je sais que ma rogneuse attaque 3 cm de bois à chaque fois, je ne vais donc pas chercher à aller plus loin ! Surtout, ne pas en faire trop. Il faut attaquer la souche sur un côté, balayer la surface et redescendre petit à petit, balayer à nouveau… Attention également au dévers, impliquant d’attaquer la souche dans le bon sens !
  • Que dire de l’entretien ?
    Il est classique (vidange, remplacement des filtres…). Le changement des dents est cependant plus onéreux : environ 1 000 € HT pour un jeu complet.
Rogneuses : exit les souches, et vite !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *