Alors que bon nombre de chantiers ont été mis à l’arrêt et que les équipes ont été réduites pour respecter les mesures sanitaires visant à limiter la propagation du Covid-19, les plantations ont suivi la même tendance. Cependant, chez les producteurs, les commandes et les plantes sont prêtes. Et au moment de la reprise prochaine, il sera encore temps de planter. Voici donc les conseils d’horticulteurs et de pépiniéristes, experts en la matière.

Nous sommes nombreux à penser que, en dehors de la période optimale de plantation, qui s’étend de novembre à mars, il n’est pas conseillé de planter arbres, arbustes, vivaces, grimpantes…
Or, comme le souligne Michel Le Borgne, gérant des pépinières Drappier (59) au sujet des arbres, “il faut arrêter de considérer que l’on ne peut planter “qu’à la Sainte Catherine”. S’il n’est plus temps de planter des racines nues, les arbres en motte arrachés avant le 15 avril reprennent sans problème si l’on respecte les règles de l’art habituelles. La seule différence avec les plantations s’effectuant de novembre à mars, c’est qu’il faut manipuler les mottes des végétaux en sève avec des outils adaptés et non plus à la sangle…
Et que, comme pour toutes les périodes de plantation, même en hiver, il faut assurer un suivi d’arrosage adéquat”
. Ainsi, face à l’annulation et à l’absence de commandes pendant cette période de deux mois qui touche à sa fin, il est nécessaire, dans un élan solidaire envers les entreprises de production végétale, de planter les arbres et les plantes initialement prévues, d’autant qu’ils vont participer à rafraîchir nos villes face aux canicules des années à venir. Et les producteurs sont prêts à vous livrer !

Anticiper les commandes, réserver les végétaux
Du côté des producteurs, la reprise a été anticipée et ceux-ci sont prêts à livrer vos commandes en cours. “De plus, pour les ventes d’été, nous avons mis beaucoup de plantes en culture hors sol, ce qui nous permettra de vendre toute l’année” témoigne Marc Koehler des pépinières Guillot-Bourne II (38). Celui-ci poursuit : “nous conseillons fortement aux clients de commander les arbres dont ils ont besoin, pour que nous puissions les conditionner pour des plantations décalées. Certains l’ont déjà bien anticipé. La difficulté est la capacité du client à pouvoir assumer le surcoût que cela impute. Il faut évidemment un suivi d’arrosage plus important, mais cela se fait très bien. Le marquage peut se faire plus tard, mais l’essentiel est de réserver les végétaux à l’avance pour être sûrs qu’ils soient disponibles à l’automne”.

Ainsi, de nombreux végétaux sont disponibles, comme l’indique Michel Le Borgne : “des milliers de plantes déjà commandées sont prêtes à partir chez les clients. Nous allons livrer (et planter) en feuille, comme nous le faisons tous les ans depuis très longtemps et avec un très grand succès. Nous avons d’ailleurs des plantes en Air-pot pour livrer les chantiers. D’autres, en production hors sol, seront également disponibles, même si la gamme est plus réduite. Il est vrai que le prix unitaire des végétaux sera plus élevé, ces techniques de production nécessitant des coûts plus importants, mais la qualité des racines est telle que l’investissement est justifié. De plus, au sortir du confinement, la période sera propice aux plantations : au contraire de février/début mars où les sols n’étaient pas prêts à recevoir les végétaux, les sols d’avril/juin seront au top pour accueillir les plantes. Rien ne s’oppose donc à ce que les chantiers de plantation redémarrent… Et il le faut pour tout le monde”.

Arbres : nattes de coco et Air-pot
Aujourd’hui, “des solutions innovantes existent pour pouvoir planter durant l’été en ayant un très bon taux de reprise. Mises en œuvre depuis plusieurs années déjà, elles montrent de très bons résultats” témoigne Jean-Eric Dieu de Arbor Vicq France (59). Deux techniques, particulièrement effi-caces, sont proposées par de nombreux pépiniéristes :

  • les nattes de coco : dès la commande de vos arbres avant la fin du printemps, les mottes seront emballées dans des nattes de coco, qui conservent humidité et chaleur le temps que vous puissiez les planter. “Ainsi, vos arbres sont bien préparés en amont, pour une livraison courant juin/juillet, avec un surcoût de 20 % en moyenne” ajoute Jean-Eric Dieu. La plantation se déroule comme habituellement, les nattes de coco étant biodégradables ;
  • le système ‘Air pot’ : “cette technique permet des livraisons courant août/septembre, en présentant un surcoût de l’ordre de 25 %, mais qui est largement rentabilisé par la qualité du système racinaire qui s’est développé dans ce container hors-sol, innovant et durable (plastique recyclé). Arrachés au préalable et placés dans les Air-pot quelques mois avant leur plantation en pleine terre, les arbres sont ainsi débarrassés du stress de la transplantation (coupe des racines notamment). Ainsi, les jeunes racines produites au sein de l’Air-Pot prennent rapidement place et s’ancrent bien dans le sol, assurant une bonne reprise” complète Jean-Eric Dieu. Au moment de la plantation, il suffit d’enlever l’habillage qui encercle la motte.

Un suivi d’arrosage précis
Bien sûr, la réalisation de projets hors-saison nécessite des compétences et des suivis plus conséquents, notamment avec des contrôles d’arrosages plus réguliers et une mise à disposition du personnel. Mais, comme le rappelle Michel Le Borgne, “c’est la même chose pour les plantations automnales. Malheureusement, certaines entreprises arrosent davantage les arbres livrés au printemps que ceux plantés à l’automne. En plantant en mai/juin, il ne faut pas arroser plus que si l’on plante en novembre ! Il faut arroser normalement, c’est tout. Nous avons établi un tableau de recommandations d’arrosage (cf. tableau) que nous avons expérimenté avec la Ville de Lille il y a des années, et qui fonctionne très bien”.

Voici donc les recommandations d’experts pour des plantations de fin de printemps et d’été réussies. A vos plantations !

Les grimpantes adaptées aux plantations estivales
Comme l’explique Arnaud Travers, gérant des pépinières Travers (45) spécialisées dans les grimpantes, “la physionomie du système racinaire des grimpantes leur permet d’aller puiser en profondeur l’eau présente dans le sol. Offrez-leur un trou de plantation de 60 cm de profondeur, quitte à remettre la terre initialement présente, décompactée (si elle est de bonne qualité) : cela leur permettra de s’installer rapidement. Couplé à un paillage en BRF de 10 cm d’épaisseur et à un arrosage conséquent après plantation, les grimpantes seront ensuite rapidement autonomes par rapport à leurs besoins en eau”.

Solidaires et prévoyants, commandez maintenant !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *