Créée en 2009, Sud Espaces Verts a su rapidement se développer et s’implanter dans la région Occitanie. Née en pleine tempête, l’entreprise dénombre aujourd’hui près de 57 collaborateurs et répond aux projets de toutes tailles. Plus de détails avec Stéphanie Chanot, présidente de Sud Espaces Verts.

Quel est votre parcours ?
Ingénieur agronome à l’ENSAM de Montpellier, je me suis orientée vers un master en viticulture pour obtenir mon diplôme d’œnologue. Après un premier poste chez les Dauré près de Perpignan puis chez Moët et Chandon, je suis partie quelques années au Chili pour m’occuper de la direction technique d’un domaine Baron Philippe de Rothschild : gestion du vignoble et des équipes, construction de la cave, aménagements paysagers… De retour en France, j’ai été débauchée par un investisseur allemand, près de Narbonne pour reconstruire un domaine viticole sur le massif de la Clape et développer de grands vins, la mission a duré 4 ans.
En janvier 2009, la tempête Klaus s’est abattue sur le sud-ouest, causant d’énormes dégâts. Avec quelques amis, nous avons décidé d’intervenir et commencions à dégager les routes. C’est à ce moment qu’est née Sud Espaces Verts. Nous travaillions jours et nuits pour effacer les dégâts de la tempête : dégagement des arbres, réfection de jardins, parcs et domaines, abattages, élagages…

Je rêvais de créer ma société et l’opportunité s’est ainsi présentée naturellement, en à peine 6 mois, nous sommes passés de 4 à 15 collaborateurs. Je suis partie de rien pour bâtir mon entreprise, avec beaucoup d’énergie, de motivation et la pluralité de compétences de mes collaborateurs. Pour moi la clé de la réussite est la diversité : il faut s’entourer de différents savoir-faire.
Ma formation d’ingénieur agronome m’a beaucoup servi (rigueur, organisation, connaissance des végétaux, du sol, dessins sur AutoCAD…), mais j’ai surtout appris sur le terrain, en conduisant tous types d’engins, au travers d’expériences qui m’ont petit à petit conduit à la création de Sud Espaces Verts.

Quelles sont vos prestations ?
L’entreprise propose tout type de travaux, répartis par pôles de compétences à parts égales : création paysagère, entretien des espaces verts, gestion du patrimoine arboré (élagage, abattage, essouchage…) et débroussaillage forestier ou de prairie. Nous sommes mobiles et réactifs sur l’ensemble de l’Occitanie et recherchons toujours le meilleur rapport qualité prix pour nos clients. Très à l’écoute pour répondre au mieux aux demandes, nous disposons même d’une astreinte 24h/24h pour toute urgence et mise en sécurité.

Comment s’organise l’entreprise ?
L’entreprise compte aujourd’hui 60 collaborateurs, correspondant à une quinzaine d’équipes. Sur la région Occitanie, nous travaillons à 75 % pour des collectivités territoriales : mairies, agglomérations, conseils départementaux, région et à 25 % pour des entreprises, promoteurs, campings et grands groupes (Vinci, SNCF, VNF) ou des particuliers. Je m’occupe plus spécifiquement de la gestion de l’entreprise, du démarchage et du management. Aucun mémoire technique n’est envoyé sans ma relecture. Je n’hésite pas à mettre la main à la pâte, en me rendant régulièrement sur les chantiers pour épauler mes équipes. J’aime être sur le terrain et travailler avec eux, j’ai ainsi toujours une tenue de prête dans mon bureau pour partir sur un chantier !

Le matin, les équipes spécialisées et rattachées aux quatre pôles de l’entreprise partent du dépôt pour mettre en œuvre leur savoir-faire auprès des acteurs locaux. Chaque équipe est encadrée par un chef d’équipe, qui est un intermédiaire clef. Proche des opérateurs, il permet de gérer l’aspect humain et assure la sécurité du chantier. Trois conducteurs de travaux naviguent entre les différents chantiers, ils vont voir les équipes tous les jours pour s’assurer du bon déroulement du projet. L’objectif est aussi d’instaurer une relation de confiance avec le client qu’ils visitent, en gardant toujours le même interlocuteur. Nous échangeons beaucoup avec les clients de manière à faire évoluer et optimiser le projet (adaptation de la palette végétale à la sécheresse, partage de compétences…). Un bureau d’études interne permet de répondre en moyenne entre 2 à 5 appels d’offre par semaine. Nous avons également un parc matériel conséquent, ce qui nous permet d’être très réactifs : chaque équipe dispose d’un camion et de matériels attitrés. Un mécanicien interne assure l’entretien régulier des véhicules et matériels, l’accent est mis sur la sécurité des équipes ! Nous avons établi des partenariats avec des fournisseurs dans toutes les grandes villes d’Occitanie pour un approvisionnement local. Par exemple : Arterris et BHS pour les produits liés au végétal, ALVEA pour le carburant, Piveteau Bois et Les Bois de la Montagne Noire pour les fournitures bois, Hydralians pour le matériel d’arrosage, et les pépinières Wiri cactus, Filipi, Imbert, …

Quelles sont vos valeurs ?
Dès la création, je me suis attachée à diffuser les valeurs qui m’animent : l’envie, l’excellence et l’innovation. Mettre en lumière le savoir-faire des hommes pour que chaque personne puisse exploiter au mieux son potentiel. La pluralité de compétences (commercial, technique, management…) et le travail d’équipe sont essentiels. Nous devons pouvoir compter les uns sur les autres et s’adapter constamment !
Paysagiste est un métier de passionnés, les conditions de travail ne sont pas toujours faciles entre les hivers rigoureux et les étés caniculaires. Les valeurs liées au respect du client et du travail exécuté, ainsi que la proximité sont pour moi primordiales, nos collaborateurs doivent être fiers du travail qu’ils réalisent ! L’humain est au cœur de l’entreprise, je suis très disponible et mon bureau est toujours ouvert, c’est quelque chose qui me tient particulièrement à cœur. L’échange et le partage se poursuit également avec nos confrères, grâce au réseau UNEP (Union national des entreprises du paysage) au travers de congrès, conférences…
Cela nous permet de partager nos expériences sur un terrain neutre. Nous avons également trois apprentis dans l’entreprise pour transmettre notre savoir-faire. C’est quelque chose de très vivifiant quand ces jeunes arrivent, avec des étoiles dans les yeux et une perpétuelle soif de connaissance.

Avez-vous mis en place une démarche environnementale ?
En interne, nous avons mis en place une gestion des déchets verts pour valoriser les circuits courts : nos déchets sont nos ressources ! Nous avons ainsi investi dans une déchiqueteuse et des broyeurs pour créer de la plaquette forestière à usage de paillage et de plaquettes pour les chaudières, à partir des arbres abattus localement. Au début et à la fin de chaque chantier, nous réalisons un bilan carbone, pour optimiser nos déplacements et limiter les déchets. Nous utilisons également de l’huile végétale pour tous nos moteurs et avons opté pour des outils électriques à batterie (plus légers et maniables) en remplacement de notre matériel thermique.

Quelles sont les perspectives de l’entreprise ?
Sud Espaces Verts cherche à maintenir la confiance accordée par les acteurs et décideurs locaux dans l’objectif de pérenniser les emplois développés grâce à l’obtention de marchés publics depuis 9 ans.

À l’avenir, je souhaite développer le savoir-faire de l’entreprise, fidéliser mes collaborateurs et responsabiliser les chefs d’équipes, afin qu’ils soient totalement indépendants sur leurs chantiers. Je prends régulièrement des nouvelles de mes collaborateurs et de leurs familles, la communication est, en effet, la base de toute collaboration. L’objectif est de grandir et apprendre ensemble en accordant toujours une grande importance à l’humain, et à l’innovation !

En bref
• Date de création : 2009
• Siège : Narbonne (11)
• Rayon d’action : région Occitanie
• CA : 4,5 millions €
• Effectif : 57

Sud Espaces Verts, une croissance verte en Occitanie !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *