Lorsqu’un aménagement de jardin impose des contraintes de nivellement, le paysagiste doit s’adapter, modeler le terrain pour définir les fonctions et les usages, tout en restant en harmonie avec le lieu. C’est le défi qu’a relevé l’architecte paysagiste, Bernard Bellion-Jourdan en rénovant un jardin en pente vieillissant en une succession de terrasses contemporaines.

Vue depuis la terrasse intermédiaire, axe structurant du jardin où l’on aperçoit le ‘cabanon zen’ en fin de perspective visuelle et la partie piscine en contrebas.

Art – Design & Nature est une société dirigée par Bernard Bellion-Jourdan. Architecte paysagiste diplômé de l’école de paysage de Lullier en Suisse, il a déjà été récompensé par deux fois aux Victoires du Paysage dans la catégorie ‘jardin de plus de 500 m2’. Après plus de 25 années d’expériences de conception dans le domaine privé ou public en France et en Suisse, il crée sa société en 2011 à Billiat dans l’Ain, entre Annecy et Genève.

Contexte du chantier

La conception et la maîtrise d’œuvre du projet ont été assurées par Bernard Bellion-Jourdan et la réalisation a été faite par l’entreprise de paysage Socap du Groupe Pépinières Daniel Soupe. Le chantier est situé dans l’Ain, adossé à la colline, sur le plateau du Retord, face au Mont-Blanc. La propriété est lovée au cœur d’un environnement végétal et forestier luxuriant et le jardin s’ouvre à 180° sur un paysage alpin. Ce jardin s’étend sur 4 500 m2 et la surface aménagée par le paysagiste est de 2 500 m2.

Les clients voulaient recomposer un jardin vieillissant dont la première contrainte était la forte pente, puisque le terrain a un dénivelé de 15 m. “La maison, de caractère contemporain avec des lignes épurées, même si elle a été construite il y a 30 ans, est un élément fort du site. Mais le jardin autour n’est plus au goût du jour et la forte déclivité du terrain ne correspond plus aux usages des propriétaires“, précise Bernard Bellion-Jourdan.

La conception

Bernard Bellion-Jourdan a réalisé plusieurs esquisses pour arriver au projet final : “le but était de créer un jardin unique et intégré, des ambiances et des usages comme de multiples pièces de vie donnant le sentiment que le jardin a toujours existé”. Plusieurs esquisses ont été tracées par le concepteur avec une vision très structurée en ‘terrasses utiles’, alliées à une ambiance très nature, luxuriante et contemporaine. Le paysagiste a travaillé la structuration des espaces, visant à valoriser les percées visuelles sur le paysage environnant.

Le projet définitif reste centré sur des lignes directrices parallèles à la maison et aux courbes de terrain, avec la création d’un potager surplombant le jardin et un  nouveau design autour d’une piscine existante. Le nouveau jardin fait apparaître des espaces de vie aux multiples fonctions : coins terrasse, cabane, potager, jeux d’enfants, gradins et jeux de terrasses, salon de jardin, plage de piscine… qui sont intégrés dans un jardin mêlant lignes et courbes.

Cette partie a été aménagée comme un parc paysager. Les murs courbes en bois apportent structure et naturel à la composition.

 

Le parcours du jardin

Les paysagistes se sont d’abord attaqués à l’entrée de la propriété, anciennement composée d’une vaste galette d’enrobé qui a été découpée afin d’obtenir une ligne franche. La cour est donc devenue verdoyante, avec des engazonnements aux formes courbes qui viennent épauler les plantations : Euodia danielii, Gingko biloba, Acer palmatum, Acer cappadocicum

A proximité de l’entrée de la maison, un premier escalier en pierre calcaire permet d’atteindre un niveau intermédiaire qui constitue l’espace central du jardin, autrefois un des seuls lieux de vie en dehors de l’espace piscine. C’est aussi un belvédère et l’accès aux différents lieux de vie qui ont été créés. L’axe de composition est un grand pas japonais en pierre traversant tout le jardin, large de 6 m et sans pente latérale. Véritable colonne vertébrale du lieu, initialement traité par une grande pente, il a été retravaillé en restanques. Pour arriver à ce résultat, des modelés de terrain ont été réalisés avec plus de 600 m3 de déblais/remblais. Des arbres ont été abattus, notamment 3 sapins bouchant la vue sur le paysage dans le but d’ouvrir la vision à 360° sur le jardin et son environnement.

Un autre escalier calcaire descend vers l’espace piscine. Ce lieu a été totalement transformé visuellement tout en conservant le même fonctionnement. La piscine, créée il y a 10 ans, était en bon état, le dallage vieillissant a été remplacé par une plage en ipé grisé dans la même teinte que les traverses en chêne qui marquent la limite avec la bordure plantée. Sur cet espace, Bernard Bellion-Jourdan, a pris le parti de supprimer deux grands épicéas qui dominaient au centre de la propriété afin de libérer l’espace et créer l’unité du lieu. Ces abattages ont permis l’installation d’un petit salon d’été surplombant la piscine, formant le point central du jardin. De part et d’autres de l’escalier, deux Acer ‘Sango Kaku’ viennent renforcer le sentiment de passage en apportant des couleurs magnifiques en toutes saisons. Entre autre, Acer ginnala, Acer palmatum (pourpre et autres), charmilles taillées… viennent composer la lisière végétale de la plage de piscine.

Au nord du jardin, le paysagiste a recomposé un ‘petit parc paysager’. Cet espace résiduel a été transformé en coin fleuri, avec des plantes d’ombre (exposition nord) et de terre de bruyère. C’est un vallon engazonné avec un rappel des pas japonais en pierre qui structurent l’ensemble du jardin. La partie basse de cet espace construite autour d’un cercle végétal permet de faire la transition avec l’espace piscine. Ce lieu cosy est composé dans une parfaite harmonie végétale : Acer griseum, Malus ‘Red Sentinel’, Viburnum opulus, Acer buergerianum, Prunus ‘Shidare Yoshino’

Au sud, un chemin de traverses en courbe vient s’inscrire dans le talus et permet de sculpter différents niveaux par des restanques engazonnées. C’est un des éléments forts du jardin, marquant un caractère naturel et contemporain. Cet aménagement peut être vu comme les gradins d’un théâtre, ils permettent de sinuer au cœur de cet espace paysager entouré d’un majestueux Quercus pallustris, d’un Zelkova carpinifolia, d’Acer ginnala, viburnum opulus, Acer platanoides, Malus, Prunus subhirtella

Au dessus de ces terrasses, un ‘cabanon zen’ servant de rangement, entouré d’Hydrangea petiolaris, permet de faire la liaison avec le potager, élément imposé par les propriétaires. Ce potager dessiné de manière très symétrique s’est intégré dans la pente du terrain naturel par un jeu de plusieurs restanques (soutenues par un mur en bois) dont une sert de terrain de pétanque. “J’ai également prévu un emplacement pour un petit salon d’été, bordé de belles pierres, il domine la zone dédiée à la pétanque et sera l’endroit idéal pour les apéritifs en toute convivialité”, conclut le paysagiste.

Les travaux ont été échelonnés sur 2 ans, notamment à cause de la complexité d’un site tout en pente et par une météo capricieuse. Le budget global de ce chantier est important du fait de sa restructuration de A à Z, mais il reste confidentiel. Nous pouvons tout de même indiquer que le montant dépasse 150 000 € HT. Le client étant sensible au végétal, le poste le plus important a été les plantations pour plus 80 000 € HT ; les terrassements et les soutènements arrivent en seconde position des dépenses. L’aventure continue puisque la dernière tranche des travaux sera effectuée plus tard sur l’entrée du domaine, avec un ajustement des plantations et la mise en lumière du jardin.

Ce jardin est structuré par les pas japonais qui rythment sa composition.
Pour accompagner les différents espaces créés, Bernard Bellion-Jourdan a prévu
une palette végétale dense et variée.
S’abonner